Bulgarie-France: Lucas Digne en première ligne à un poste sinistré, «la chance qu'il attend depuis longtemps»

FOOTBALL Le latéral gauche, qui joue peu au Barça et tarde à confirmer les espoirs nés de son début de carrière, devrait enfin commencer un match qui compte avec les Bleus…

A Clairefontaine, Nicolas Camus

— 

Lucas Digne avec l'équipe de France lors d'un match amical contre la Côte d'Ivoire, le 15 septembre 2016.
Lucas Digne avec l'équipe de France lors d'un match amical contre la Côte d'Ivoire, le 15 septembre 2016. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Layvin Kurzawa blessé, Lucas Digne devrait être titulaire samedi face à la Bulgarie.
  • Le Barcelonais joue peu en club et n'a disputé qu'un seul match à enjeu chez les Bleus.
  • En l'absence prolongée de Benjamin Mendy, le poste de latéral gauche est l'un des grands points d'interrogation de cette équipe de France.

Là, comme ça, on ne sait pas trop quoi en penser. Lucas Digne titulaire en équipe de France sur un match aussi important que celui qui attend les Bleus en Bulgarie, samedi, ça n’a pas l’air de la nouvelle la plus rassurante du monde. Le latéral gauche, qui devrait profiter du forfait de Layvin Kurzawa, n’est certes pas un petit nouveau dans le paysage. Mais son statut de remplaçant à Barcelone, où il n’a joué qu’un peu plus de 100 minutes depuis le début de saison, et le fait qu’une seule de ses 17 sélections ait été un match officiel (France-Equateur) en phase de poule du Mondial-2014), ne plaident pas vraiment pour lui.

En fait, Lucas Digne est une énigme. Son niveau de jeu est trop aléatoire pour lui faire totalement confiance, et en même temps on a toujours l’espoir qu’il sortira un gros match parce qu’il en a le potentiel. Alors on est dans le flou. Raphaël Varane, qui le connaît depuis leurs affrontements lors des derbys Lille-Lens chez les plus jeunes, a tenté de régler la focale pour nous, jeudi, à Clairefontaine.

« Il a d’énormes qualités, il est rapide, puissant, il apporte des choses offensivement mais il est aussi solide en défense, détaille le Madrilène. Il a tout pour s’imposer au plus haut niveau, mais il doit se montrer patient parce qu’il est dans un très grand club. Avec les Bleus, il doit profiter de chacune des opportunités qui vont s’offrir à lui. »

Celle-là en est une belle, et si Didier Deschamps lui fait bien confiance à Sofia (le sélectionneur peut également décaler Jallet, Sidibé ou Kimpembe sur le côté gauche), il sera archi-motivé pour la saisir. Parole de son conseiller. « C’est la chance qu’il attend depuis longtemps, confie Mikkel Beck. Il est 100 % prêt, et il sait que s’il fait un bon match, c’est tout bénéf’ pour lui. » C’est vrai. Benjamin Mendy sur la touche pour de longs mois, Layvin Kurzawa dans le dur face aux Pays-Bas et surtout face au Luxembourg lors des deux derniers matchs en date, Jordan Amavi encore vert, il y a une place à prendre.

>> A lire aussi: «Nous sommes très jaloux de vos talents», Ruud Gullit est gaga de la jeunesse de l'équipe de France

Si cela se passe bien pour lui à Sofia puis éventuellement mardi contre la Biélorussie, il va tout de même falloir gratter plus de temps de jeu au Barça, où il est barré par Jordi Alba, pour espérer convaincre DD à long terme. Quitte à aller voir ailleurs, si vraiment ça veut pas ? « Pour l’instant, la question d’un départ ne se pose pas, répond Beck. Il est là où il rêvait d’être, dans l’un des meilleurs clubs du monde. Son match contre Eibar (6-1, le 19 septembre) a été son plus abouti depuis qu’il est arrivé, selon moi. Il est sur la bonne voie. »

Vu l’état de friche du poste chez les Bleus, deux ou trois bons centres et un couloir imperméable aux courants d’air en Bulgarie peuvent suffire pour, déjà, être plus qu’une roue de secours. Le sélectionneur n’a pas eu le temps d’évoquer le cas de l’ancien Lillois et Romain cette semaine, mais il répète assez souvent qu’il « ne demande qu’à avoir des choix compliqués à faire » pour qu’on se permette de deviner ce qu’il attend de Digne. Comme tout le monde, en fait.