Fusion Stade Français-Racing 92: «C'était viscéral», Papé revient sur la grève des joueurs parisiens

RUGBY Pascal Papé est revenu sur la grève des rugbymen parisiens…

W.P.

— 

Pascal Papé, pendant la grève
Pascal Papé, pendant la grève — CHRISTOPHE SIMON / AFP
  • Pascal Papé s'était posé en leader de la grève des joueurs parisiens après l'annonce de la fusion Stade Français - Racing 92
  • Le deuxième-ligne international français se satisfait aujourd'hui d'avoir retrouvé certaines valeurs pendant cette grève

Il était en tête de file. C’était l’une des voix sinon LA voix de la grève des joueurs du Stade Français pendant la grève qui a fait suite à la soudaine annonce de la fusion entre le club parisien et le rival du Racing 92. Pascal Papé est revenu sur ce mouvement de contestation dans les colonnes de L’Equipe.

« Cela a remis les valeurs de l’homme au centre du débat », a commencé l’ancien international français. Et de poursuivre. « On a été la première équipe de rugby de l’ère professionnelle à faire grève. Ce n’est peut-être pas une fierté, mais on assume complètement. Cette grève, on l’a choisie. En fait, non, on ne l’a pas choisie, on n’a pas pu faire autrement : c’était viscéral », s’est-il encore ému.

« Cela a vraiment été une communion »

Pour Papé, cette grève a permis aux rugbymen du Stade Français de renouer avec certaines valeurs que l’on aurait pu croire perdues. « [On a retrouvé] ce courage de dire non. On est dans une communication lyophilisée, où il ne faut égratigner personne. Pourtant, il reste des caractères », a-t-il réagi, avant de conclure. « Là, sur l’état d’esprit, y compris chez les supporters et le personnel administratif, cela a vraiment été une communion. » Voire une fusion, non ?