JO 2016: Le cadeau de Tony Parker qui émeut le Brésil

JEUX OLYMPIQUES Tony Parker s'est illustré au Brésil en faisant un grand cadeau à un bénévole local au nom de l'équipe de France de basket...

W.P.

— 

Tony Parker et l'accompagnateur brésilien
Tony Parker et l'accompagnateur brésilien — Archive personnelle

Vitor Galvani est un homme heureux. Ce modeste entraîneur de basket brésilien, chargé d’accompagner l’équipe nationale française de basket tout au long de son séjour à Rio pendant les Jeux olympiques s’est vu offrir une montagne de cadeaux par les Bleus, Tony Parker en tête.

Victime d’un braquage

Simple acte de générosité et de remerciement de la part des basketteurs tricolores ? Oui et non. Car l’offrande faite au Brésilien s’inscrit dans un contexte particulier. Au début des JO, ce dernier s’était fait braquer par plusieurs hommes face auxquels il avait tenté de réagir avant de comprendre que l’un des agresseurs était armé d’un couteau. Résultat des courses, Vitor a perdu son portable et d’autres effets personnels.

La générosité de Tony Parker

De retour au village olympique, le lendemain matin, l’accompagnateur a du mal à cacher sa tristesse et finit par tout raconter au préparateur physique français. L’histoire finit par tomber dans l’oreille des joueurs et de Tony Parker, qui propose de le dédommager, se heurtant dans un premier temps au refus pudique du Brésilien. Celui-ci acceptera finalement le cadeau de TP face à l’insistance de la star française.

« J’ai pleuré comme un enfant »

« Il m’a offert une valise de la délégation. Au début, je pensais qu’il n’y avait que des équipements officiels et j’étais déjà tout heureux. Et c’est là que Tony Parker me l’enlève de la main et me tend un téléphone portable, une édition olympique du meilleur modèle de l’un des sponsors des JO. Là, je n’ai pas pu me retenir, j’ai pleuré comme un enfant, je l’ai pris dans mes bras, j’ai pu voir la personne que c’était », a raconté Vitor Galvani dans les colonnes de Globoesporte.

On ne cachera pas à Victor que nous aussi, on a envie de verser une larme en lisant son histoire. Immense TP.