JO 2016: «Il y en a qui répondent présent, et d'autres non», Riner fait la leçon à Lavillenie après ses déclarations sur le public brésilien

JEUX OLYMPIQUES Si Riner avait été prof, il aurait été le pire de tout votre collège…

A.Mag.

— 

Teddy Riner pendant la finale des JO
Teddy Riner pendant la finale des JO — Markus Schreiber

Invité sur France Inter, le double champion olympique, Teddy Riner, a eu des mots durs à l’encontre de Renaud Lavillenie. Le Français, hué pendant le concours de la perche, avait qualifié les Brésiliens de « public de merde », avant de se comparer à Jesse Owens et de revenir sur ses propos. Tout comme les handballeurs la veille, le porte-drapeau n’a pas apprécié la polémique créée par le perchiste sur l’ambiance des Jeux.

>> A lire aussi : JO 2016: Renaud Lavillenie s'explique dans les médias brésiliens et évoque «une maladresse»

Sifflé lui aussi par le public lors de sa finale, Riner avait eu la meilleure des réponses possibles, en remportant son combat et en évitant les polémiques, plaçant simplement son doigt sur sa bouche.

Teddy Riner après son titre aux JO
Teddy Riner après son titre aux JO - Markus Schreiber

Une attitude que le judoka aurait aimé voir chez Lavillenie : « Vous savez, quand vous n’êtes pas à la maison et que vous prenez un athlète local, c’est sûr qu’on est sifflé, c’est sûr qu’ils sont contre nous. C’est normal, je peux comprendre aussi le public. C’est aussi ça les Jeux, c’est ça aussi le sport, parfois il y a la pression, et ils veulent vous mettre la pression, mais il faut savoir la remonter, il faut savoir l’évacuer, il faut savoir la mettre de côté. Après, il y en a qui répondent présent et d’autres non. »

 Renaud Lavillenie sur le podium des Jeux
Renaud Lavillenie sur le podium des Jeux - AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI

Prend ça dans tes dents, Renaud. Une leçon sévère de la part de Riner, pas forcément méritée (avec un saut à 5,98 m, on ne peut pas dire de Lavillenie ait raté sa finale), mais qui semble refléter l’agacement d’une partie des Français après cette polémique : « il y a encore beaucoup d’autres athlètes en compétition et qu’il faut encourager ». Fin de la discussion.