JO 2016: Déjà un record pour Rio... avec le nombre de préservatifs distribués

SORTEZ COUVERT Près de 450.000 «petites chemises de Vénus» vont être distribuées aux athlètes...

N.C. avec AFP

— 

Carlos Athur Nuzman, le président du comité olympique brésilien, présente le logo des JO de Rio, le 12 mai 2011 à Lausanne.
Carlos Athur Nuzman, le président du comité olympique brésilien, présente le logo des JO de Rio, le 12 mai 2011 à Lausanne. — LAURENT GILLIERON/AP/SIPA

Même s'ils n'ont pas encore commencé, les jeux Olympiques de Rio détiennent déjà un record : le nombre de préservatifs qui seront distribués aux 10.500 athlètes, trois fois plus important que pour Londres 2012, qui avait déjà été un record. «Nous distribuerons 450.000 préservatifs aux athlètes à partir du 24 juillet, date de l'ouverture du Village Olympique», a déclaré jeudi à l'AFP un porte-parole du Comité Rio-2016. Ce qui fait tout de même une moyenne de 43 préservatifs par athlète.

Une nouveauté aussi: sur les 450.000 préservatifs distribués gratuitement par le ministère brésilien de la Santé, 150.000 seront «féminins», a précisé le porte-parole à l'AFP. Pourquoi une telle quantité? «Il n'y en a jamais assez!», plaisante le responsable du Comité Rio 2016. Et de souligner que «le Brésil a un plan de prévention contre le sida qui est un exemple dans le monde».

«De nombreux athlètes n'ont pas accès aux préservatifs et les emporteront dans leur pays»

«Le Brésil encourage beaucoup les relations sexuelles protégées et les athlètes sont un exemple pour la population. Ils pourront avoir un rôle important dans la lutte contre le sida», souligne t-il. Il confie encore que de «nombreux athlètes qui viennent aux JO n'ont pas accès aux préservatifs et les emporteront dans leur pays».

Les athlètes pourront se procurer les «petites chemises de Vénus» (nom du préservatif au Brésil) gratuitement dans la polyclinique du Village olympique ou dans l'un des 41 distributeurs de préservatifs. Le Brésil, qui compte le plus de catholiques au monde, est pionnier dans la lutte contre le sida et offre un traitement gratuit aux 730.000 séropositifs du pays.