Ambiance scandale, match de vandales

Antoine Maes - ©2007 20 minutes

— 

Grosse déprime. Hier, Lille a subi sa première défaite de la saison contre Monaco (0-1, 6e journée de L1). Un revers qui laissera plus de traces dans les esprits que dans les corps, tant l'arbitre s'est échiné à briser les intentions lilloises en première période. En attendant, les Dogues n'ont plus gagné depuis quatre matchs.

Ca commence par un coup de théâtre. Ce Losc-là n'avait encore jamais été mené au score, mais n'a pas attendu 20 minutes pour laisser Frédéric Piquionne ouvrir la marque (0-1, 20e). Entre alors en scène l'acteur le plus en vue au Stadium hier soir : l'arbitre, M. Thual. Le directeur du jeu commence par agacer les supporters en oubliant quelques fautes monégasques. L'une d'elle est à deux doigts d'enfoncer les Lillois. A 40 mètres des cages de Sylva, Emerson, haché menu sous les yeux de l'arbitre, lâche le cuir à Piquionne, qui sert Menez pour l'un des plus beaux ratés du jour (33e). Sur son banc, Claude Puel fulmine. Et ce n'est qu'un début : Lichtsteiner est stoppé illicitement en pleine surface adverse. « Jouez messieurs ! » Puis la frappe de Makoun, qui semblait avoir passé la ligne, n'est pas validée par (43e), avant qu'Obraniak ne bénéficie pas d'un penalty justifié (45e). Sur les nerfs, l'ancien messin écope d'un rouge, justifié, pour une « spéciale-Cantona » sur Muratori (46e). Le Losc se révolte après le repos par Makoun (48e), Bastos, sur coup-franc (50e), et Lichtsteiner de la tête (62e). But de Youla ? La faute de main du Guinéen est trop visible pour passer inaperçue (73e). Comme celles de M. Thual.

statistiques Les Monégasques aiment venir dans le Nord. Le dernier succès lillois à domicile face à l'ASM remonte à 1995 (1-0). Depuis, les hommes de Claude Puel ont subi quatre défaites pour six matches nuls.