Fifa: Michel Platini est-il fini pour le football?

FOOTBALL Le Français a écopé d’une suspension de huit ans…

Romain Baheux

— 

Michel Platini au tirage au sort de la Ligue Europa le 28 août 2015.
Michel Platini au tirage au sort de la Ligue Europa le 28 août 2015. — Claude Paris/AP/SIPA

Et joyeux Noël Michel Platini ! Comme attendu, le président de l’UEFA a écopé d’une lourde sanction de la commission d’éthique de la Fifa en prenant huit ans de suspension de toute activité dans le football. Si la sanction est similaire à celle reçue par Sepp Blatter, l’autre protagoniste de ces 2 millions de francs suisses versés en 2011, ses conséquences sont beaucoup plus fortes pour le Français, ex-favori à la course à la présidence de la fédération internationale. De là à dire que Michel Platini est fini pour le football ? Explications.

>> La journée à suivre en direct par ici

Quelles sont ses voies de recours ?

Dans un premier temps, l’ancien meneur de jeu des Bleus va d’abord se tourner vers un appel interne à la Fifa. Plus une contrainte administrative qu’un espoir, tant on voit mal la fédération internationale se déjuger sur ce dossier. L’étape suivante le mènera au Tribunal arbitral du sport (TAS), qui avait refusé de lever sa suspension permanente le 11 décembre, où il pourra plaider son dossier sur le fond.

>> A lire aussi : « Je suis déjà condamné » se lamente Michel Platini

« Notre objectif est d’avoir une réponse de la commission de recours le 5 janvier (fin de la suspension provisoire du Français) et, si besoin, une décision du TAS vers le 15 janvier » expliquaient ses avocats L’Equipe vendredi. Michel Platini est obligé de suivre cette voie administrative car il ne peut saisir le TAS directement sans l’accord de la Fifa. 

«Parallèlement à la saisine du Tribunal arbitral du sport (TAS), je suis déterminé à saisir, le moment venu, la justice civile pour obtenir réparation de l'intégralité du préjudice que je subis depuis de trop longues semaines du fait de cette procédure. J'irai jusqu'au bout dans cette démarche», a annoncé dans un communiqué à l'AFP le triple Ballon d'Or.

A-t-il encore une chance d’être président de la Fifa ?

Techniquement oui, mais elle est ultra-mince. Si ses conseils demeurent optimistes sur les délais de traitement des appels, le circuit juridique pourrait l’emmener au-delà du 26 janvier, date limite du dépôt des candidatures à la Fifa. Et même dans l’hypothèse où le TAS lèverait sa suspension à temps, Platini aurait peu de temps pour faire campagne et se présenterait au scrutin du 26 février avec une crédibilité en miettes.

Bref, l’affaire devrait se jouer entre les cinq candidats validés par la fédération internationale : le Cheikh bahreini Salman, le Sud-Africain Tokyo Sexwale, le prince jordanien Ali, le Français Jérôme Champagne et le Suisse Gianni Infantino, secrétaire général de l’UEFA.

Michel Platini au TAS le 8 décembre 2015/Sipa

Peut-il sauver son poste à l’UEFA ?

La Fifa ne sera sans doute pas gagnée mais l’UEFA sera-t-elle perdue ? Si la suspension du Français était confirmée, ou juste diminuée, il lui sera impossible de conserver son siège à la tête de la fédération européenne. Les responsables du football continental n’ont d’ailleurs pas attendu le verdict de la commission d’éthique pour se reporter vers Infantino dans la course à la présidence de la Fifa.

Si l'UEFA a déploré dans un communiqué la sanction et personne ne s’est encore officiellement porté candidat à la succession de Michel Platini, le poste, occupé par intérim par Angel Maria Villar Llona va rapidement susciter beaucoup de convoitises. Et être réattribué d’ici l’Euro en France ?