Affaire de la sextape: Pourquoi ça se voit beaucoup que Benzema est suspendu à contre-coeur

FOOTBALL L’attaquant du Real Madrid est banni des Bleus dans l'attente d’une évolution judiciaire de son dossier…

Romain Baheux

— 

Karim Benzema lors de France-Arménie le 8 octobre 2015.
Karim Benzema lors de France-Arménie le 8 octobre 2015. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

L’histoire retiendra que les Bleus ont peut-être perdu leur meilleur joueur à six mois pile du début de l’Euro à domicile. Et à moins de vouloir méchamment la réécrire, il sera difficile de nier à quel point la FFF a mis les formes pour signifier à Karim Benzema son bannissement des Bleus tant que sa situation judiciaire dans l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena n’aura pas évolué. Venu annoncer la sanction, son président Noël Le Graët a multiplié les signaux pour montrer à quel point cette mise à l’écart le contrariait. Explications.

>> A lire aussi : Revivez la conférence de presse surréaliste de Noël Le Graët

Parce que Le Graët a aussi un peu fait de Benzema une victime

La question a surgi en plein milieu de l’intervention du président de la FFF. « Noël Le Graët, en voulez-vous à Karim Benzema ? » Réponse du boss du foot français : « Je suis plutôt malheureux, ça me fait mal au cœur. Parce qu’il est bon et que je suis persuadé qu’il est pris dans un truc complètement dingo qui le dépasse ».

Alors, OK l’attaquant du Real Madrid est puni mais avant même d’annoncer sa décision, le président de la FFF a sorti les violons pour narrer l’itinéraire « d’un mec bien, devenu une star et qui a gardé ses copains d’enfance qui n’ont pas beaucoup évolué ». Une manière de dire que la star des Bleus était surtout victime de certaines de ses fréquentations. Donc un peu victime tout court.

Parce que la FFF a mis la pression à la justice

Le rêve de Noël Le Graët ? Une petite lettre de la justice pour lui annoncer qu’elle va très vite s’occuper du dossier du Madrilène. Jeudi, on a senti le président pressé comme un gamin le matin de Noël de voir l’affaire se régler. « J’espère que la justice va accélérer et que la juge décidera que le dossier est vide, ou que Valbuena et Benzema redeviendront copains », explique Le Graët, prompt à affirmer qu’il pensait le dossier « au trois-quarts vide ».

A la Fédération, on rêve tout haut d’une levée du contrôle judiciaire, qui empêche toute rencontre entre les deux intéressés, pour permettre une explication entre les deux hommes afin de pouvoir les aligner ensemble. Pas dit que la justice soit sensible à ce plaidoyer.

Parce qu’on a connu meilleur soutien à Mathieu Valbuena

OK, il a bien été précisé que le milieu offensif de l’OL n’était « coupable de rien » et avait « bien fait de porter plainte ». Heureusement, car on a surtout parlé de Benzema, alors que le soutien à Valbuena n’a pas été dinguissime. Quand le président de la FFF parle « des deux garnements », on a sérieusement l’impression de s’éloigner d’une affaire judiciaire impliquant une histoire de gros sous et une sextape et surtout de voir les deux hommes mis au même niveau.

>> A lire aussi : Noël Le Graët se paie Manuel Valls

« Le problème n’est pas Valbuena même s’il a eu l’imprudence de laisser traîner son téléphone, a aussi trouvé bon d’ironiser Noël Le Graët. Moi, je le garde toujours sur moi. » S’il a maté la conférence de presse, l’intéressé a-t-il apprécié le trait d’humour ? On se permettra d’en douter.