Paris suspects: Une nouvelle expertise penche pour le trucage de Cesson-Montpellier

HANDBALL Il soulèverait de nombreux faits troublants...

avec AFP
— 
Nikola Karabatic, ancien handballeur de Montpellier, après une audition chez le juge, en juin 2013.
Nikola Karabatic, ancien handballeur de Montpellier, après une audition chez le juge, en juin 2013. — PASCAL GUYOT / AFP

Un nouveau pré-rapport d'expertise accrédite les soupçons de trucage du match de championnat de France de handball Cesson-Montpellier du 12 mai 2012, révèle mardi le journal L'Equipe. Selon ce pré-rapport, dont seules les conclusions ont pour l'instant été transmises aux parties, «nombre d'indices, données statistiques ou comportementales apparaissent pour le moins originaux, curieux, atypiques» et «interpellent» les auteurs.

Les experts évoquent notamment à l'appui de leurs conclusions «la distribution des pertes de balle nombreuses et exclusives sur la première mi-temps, leur signification vis-à-vis de moments que nous avons qualifiés de curieux, la faiblesse du nombre de contre-attaques», ainsi que «l'attitude différentielle des gardiens entre les deux mi-temps» ou encore «une certaine naïveté voire passivité en défense», d'après L'Equipe, qui cite le pré-rapport.

«Le principe même d'une expertise dans ce domaine est complètement absurde»

«En conséquence, notre intime conviction est qu'une telle convergence d'indicateurs anormaux, une telle différence d'engagement, de vitesse dans le jeu, notamment entre la première et la deuxième mi-temps (...) est trop curieuse pour être innocente et conjoncturelle», jugent les experts.

Ce document, sur lequel les parties ont un mois pour émettre leurs observations, a été écrit par un ancien arbitre international, Nordine Laazar, et le formateur en analyse vidéo dans la pratique sportive de haut niveau Johann Rage. «Le principe même d'une expertise dans ce domaine est complètement absurde et illustre le fait que la justice essaie d'étayer l'accusation car le dossier est bien léger», a réagi auprès de l'AFP Me Mickaël Corbier, l'un des défenseurs de Nikola Karabatic et de son frère Luka, mis en examen dans le dossier mais qui n'ont pas joué le match en question.