PSG: A Sochaux, Paris fait encore attendre le titre

Julien Laloye

— 

Le Sochalien Sébasrien Corchia entre les joueurs du PSG Maxwell et Thiago Silva, le 27 avril 2014, au stade Bonal.
Le Sochalien Sébasrien Corchia entre les joueurs du PSG Maxwell et Thiago Silva, le 27 avril 2014, au stade Bonal. — SEBASTIEN BOZON / AFP

De notre envoyé spécial à Sochaux,

Bon, ça ne change pas grand-chose au panorama, et l’affaire devrait toujours bien se terminer pour le PSG. On peut même considérer que les Parisiens ont fait un petit cadeau à leurs supporters, qui auront l’occasion de fêter le titre en direct au Parc des Princes, le mercredi 7 mai. Enfin, si les hommes de Laurent Blanc parviennent à venir à bout de Rennes, ce qui n’a plus l’air si évident que ça, vu l’état global des troupes.

Revivez Sochaux-PSG en live comme-à-la-maison

C’est un peu dur pour le PSG, certes, mais il est clair que cette équipe a perdu la foi depuis le coup de tibia de Demba Ba à Londres. Ca s’est vu contre Lyon, à deux reprises, contre Evian en milieu de semaine, et surtout à Sochaux ce dimanche. Sur une pelouse bien grasse et bien haute - bien vu Hervé Renard - Paris a semblé au bout du rouleau, moins physiquement que mentalement. Alors qu’il leur suffisait de l’emporter chez le 18e de L1 – mais 8e sur la phase retour quand même - pour obtenir ce deuxième titre de champion de France tant désiré et que Cavani avait bien lancé l’après-midi (25e), les coéquipiers de Lucas, à peu près le seul à son niveau, ont peu à peu basculé entre l’approximatif et le n’importe quoi.

Sochaux croit toujours au maintien

Evidemment, cela aurait pu relever de l’anecdote si Pelé n’avait pas sorti deux parades aussi sublimes que veinardes au milieu de la seconde période devant Cavani et Verratti, mais Sochaux a trop facilement mis en difficulté le bloc parisien pour ne pas finir par en être récompensé. C’est Thiago Silva qui a fauté sur un centre dévié de Faussurier (55e), la preuve que le capitaine de la seleçao est un peu au Brésil dans sa tête quand même, mais cela aurait pu être Roudet, Ayew ou Corchia, tant le 4-4-2 décomplexé des Sochaliens a fait mal au PSG. L’un dans l’autre, ce nul permet aux Doubistes de croire encore au maintien après une seconde partie de saison remarquable, et il ne remet rien en cause pour Paris. C’est juste dommage pour Bein sport, qui pensait avoir bien choisi son match. Raté.