Ligue Europa: Les supporters de Bordeaux craignent les 12.000 allemands venus de Francfort

Marc Nouaux
— 
Les supporteurs girondins au stade Chaban-Delmas lors du match de Ligue Europa contre Bruges le jeudi 20 septembre 2012.
Les supporteurs girondins au stade Chaban-Delmas lors du match de Ligue Europa contre Bruges le jeudi 20 septembre 2012. — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

«Bonjour, je suis supporteur de Francfort mais j’ai peur qu’il ne reste plus de places dans le stade, pourriez-vous m’en réserver une rapidement s’il vous plaît?» Pierre, supporteur bordelais, a tout d’abord sourit, il y a un mois, lorsque l’ami d’un ami lui a téléphoné au sujet de ce Bordeaux – Francfort qui se jouera jeudi soir en Ligue Europa. «Des places il y en aura forcément, a-t-il rassuré. Le stade est presque vide à chaque match en Coupe d’Europe cette année.» «Vous êtes sûrs ? a répondu le supporteur allemand. Parce qu’ici, il fallait les réserver depuis un moment déjà, et encore, pas tout le monde n’est sûr d’en avoir car il y a trop de demandes.»

Au final, ce sont plus de 12 000 fans de Francfort qui sont attendus à Bordeaux. Soit plus que le nombre total de spectateurs lors du premier match de Ligue Europa contre Tel-Aviv (7300) et presque autant que lors du second contre Nicosie (15 000). Une situation qui agace Laurent Perpigna Iban, responsable des Ultramarines, le club de supporteurs des Girondins.

«C’est l’un des derniers événements majeurs qu’il nous reste jusqu’à la fin de la saison»

«Ca devient une habitude que les fans des clubs adverses se fassent plus entendre que nous à Bordeaux, déplore t-il. On n’en veut pas à Francis Gillot pour ses déclarations affichées au début de la compétition. Dans son esprit, c’était pour attirer l’attention des dirigeants car on est persuadé que Bordeaux avant envie de jouer la Ligue Europa à fond. On l’a d’ailleurs vu sur les matchs suivants où il a aligné plus de titulaires habituels.»

Mais en plus de l’agacement, c’est la tristesse qui prédomine chez les responsables des supporteurs girondins à l’approche de ce qui pourrait être le dernier rendez-vous européen à Chaban-Delmas. «On lance un appel, clame Perpigna Iban. Car si Bordeaux ne venait pas à se qualifier pour la Coupe d’Europe l’année prochaine, ce qu’il faut prendre au sérieux [Bordeaux est 12e en Ligue 1], le match contre Francfort pourrait être le dernier européen de l’histoire à Lescure [L’équipe devant intégrer le Nouveau Stade en août 2015]. En plus, c’est un des derniers évènements majeurs qu’il nous reste jusqu’à la fin de la saison. A part le match contre Marseille, on n’aura plus que des matchs moyens voire très moyens.»

Les places en cadeau à Quick, c’est toujours possible

Malgré cet appel pour sensibiliser les fans historiques des Girondins, Chaban-Delmas devrait être loin d’être comble pour une rencontre quasiment sans enjeu puisque Bordeaux n’a plus son destin entre ses mains dans cette compétition. Le club compte s’appuyer sur d’autres moyens pour remplir son stade. L’opération menée avant Nicosie il y a trois semaines, «un menu acheté à Quick = deux places offertes» sera renouvelé jusqu’à la fin de la saison mais avec des modalités différentes. Les clients du restaurant n’auront plus des places proposées d’office mais les gagneront en grattant des tickets…

Une campagne de marketing qui n’est pas du goût des Ultramarines. «Je trouve ça dramatique, insiste Perpigna Iban. On sait qu’il y a un désamour du club et la communication de club n’est pas extra. La seule chose qu’ils trouvent à faire, c’est donner des places en passant par un service de restauration rapide et d’amener un lama dans le stade. Ce n’est pas ce que l’on attend de la communication d’un grand club.» En attendant, les supporteurs allemands chauffent leurs voix pour faire trembler les murs de Chaban-Delmas.