Le «champion du monde» de culturisme est français, et inconnu dans son pays

SOCIETE Alexandre Piel dépend d’une fédération internationale non reconnue en France...

avec AFP

— 

Le culturiste Alexandre Piel en plein exercice le 13 novembre 2013 à Petit-Couronne, près de Rouen.
Le culturiste Alexandre Piel en plein exercice le 13 novembre 2013 à Petit-Couronne, près de Rouen. — C. TRIBALLEAU/AFP PHOTO

Il porte sur ses larges épaules, patiemment sculptées depuis vingt ans, les espoirs français au prochain concours de «Mister Univers», mais victime des divisions au sein de son sport, Alexandre le culturiste est un champion non reconnu dans son pays.

Alexandre Piel, 39 ans, 1m 77, classé dans la catégorie «athlétiques» (moins de 80 kg), achève un entraînement intense dans la salle de musculation de Petit-Couronne, près de Rouen.

Déjà champion du monde depuis juin dernier, il va tenter de remporter le 30 novembre à Hambourg, dans sa catégorie, le titre prestigieux de «Mister Univers», une compétition dans laquelle d'anciens champions, sortis du circuit, peuvent remonter sur scène.

Problème sur les contrôles

Cet agent municipal pour la voirie, qui manie le marteau-piqueur le matin à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), s'entraîne de trois à quatre heures l'après-midi.

Le plus difficile pour un culturiste, ce n'est pas tant de soulever des haltères que de faire fondre la graisse autour du muscle par un régime alimentaire draconien.

Alors qu'il approche de la quarantaine, il est proche de décrocher le Graal. Mais même s'il gagne à Hambourg, Alexandre Piel ne sera pas prophète en son pays. Car dans le petit monde très éclaté du bodybuilding, on compte plusieurs organisations qui tiennent leurs propres événements.

Quand on l'interroge à son sujet, la Fédération française d'haltérophilie, musculation, force athlétique et culturisme «naturel» (FFHMFAC), dit ne pas le connaître...

Plus 20 kilos pour les fêtes de fin d’année

Cette fédération est la seule à être reconnue par l'Etat et à pratiquer les contrôles anti-dopage. Les championnats du monde organisés en novembre à Paris l'ont été sous son égide, pour le compte de la fédération internationale UIBBN.

Mais Alexandre Piel dépend d'une autre fédération, affiliée à la NAC International, qui organise le concours de «Mister Univers» en Allemagne mais ne pratique pas les contrôles.

Plus que de reconnaissance en France, le culturiste normand rêve d'Amérique et de participer aux concours qu'y organise son modèle, Arnold Schwarzenegger.

A court terme, il attend les fêtes de fin d'année pour pouvoir manger sans se priver. «Je sais que je vais prendre 20 kilos», dit-il. Des kilos qu'il lui faudra ensuite faire fondre patiemment.