Ligue 1: Toulouse et Ali Ahamada font naufrage contre Rennes

FOOTBALL Le TFC et son gardien ont vécu une soirée cauchemardesque, samedi à domicile (0-5)...

Nicolas Stival, à Toulouse

— 

Ali Ahamada, le gardien du TFC, vient d'encaisser son cinquième but contre Rennes (0-5), le 26 octobre 2013 au Stadium de Toulouse.
Ali Ahamada, le gardien du TFC, vient d'encaisser son cinquième but contre Rennes (0-5), le 26 octobre 2013 au Stadium de Toulouse. — P. Pavani / AFP

La saison dernière, Ali Ahamada avait été le héros de TFC – Rennes, marqué par son improbable égalisation dans les arrêts de jeu (2-2). Samedi soir, le gardien toulousain de 22 ans a symbolisé le naufrage des Violets face aux mêmes Bretons (0-5). Une raclée par un écart jamais vu au Stadium depuis 50 ans et un Toulouse-Monaco perdu sur un score identique, en avril 1963.

Guère aidé par des coéquipiers complètement hors sujet, à l’exception du défenseur Serge Aurier, Ahamada a donc sombré, avec en point d’orgue cette prise de balle incongrue devant sa surface de réparation, punie sur coup franc par Foued Kadir, auteur du 0-3 juste avant la mi-temps.

Casanova : « A la pause, j’aurais pu sortir toute l’équipe »

«Ce serait indécent d’évoquer un joueur plutôt qu’un autre, prévient cependant l’entraîneur Alain Casanova, dont la formation restait sur quatre succès lors des cinq dernières journées de L1. Nous sommes tous à mettre dans le même sac, staff compris. A la pause, j’aurais pu sortir toute l’équipe.» Finalement, seuls l’arrière central Uros Spajic (touché à une cheville) et le milieu droit Jean-Daniel Akpa Akpro (choix) ont respectivement cédé leur place au revenant Jonathan Zebina et à Pavle Ninkov. Sans grand effet. Même Aymen Abdennour, pas loin d’être le meilleur défenseur de L1 d’habitude, y est allé d’une ultime boulette, avec une passe décisive pour l’attaquant rennais Nelson Oliveira, auteur d’un doublé (0-5, 83e).

«Vous, journalistes, pouvez écrire un article de merde, remarque le capitaine du TFC, Etienne Didot. Nous, nous avons fait un match de merde.» Aurier poursuit dans la même veine. «On ne va pas enlever le mérite de Rennes, mais ces cinq buts viennent de nos erreurs individuelles, peste l’international ivoirien. Le match d’Ali ? Cela arrive à tout le monde. Aujourd’hui, c’est lui, demain cela peut être un autre. Avant cette rencontre, il nous a sorti de grosses prestations et nous avons pris des points grâce à lui. C’est une défaite de toute l’équipe.»

Certains «supporteurs» violets ont pourtant ciblé leur gardien, en seconde période, en l’applaudissant ironiquement lorsqu’il s’emparait d’un ballon facile ou réussissait une relance au pied… Décisif lors de son premier exercice en L1, globalement décevant la saison dernière, Ahamada avait bien débuté l’actuel championnat, avant cette spectaculaire rechute.

Et maintenant ? Sa place de titulaire n’est pas remise en question, le numéro 2 Olivier Blondel n’ayant pas vraiment convaincu lors de son intérim, au printemps. Ahamada va devoir faire sienne la phrase de Casanova au sujet de l’incroyable déroute de samedi soir. «C’est une bonne claque qui doit nous faire du bien.» Les bienfaits de cette correction sont à vérifier dès mardi à Créteil (L2), en Coupe de la Ligue.