Ligue 1: Le PSG gagne à Valenciennes malgré la fatigue

A Valenciennes, François Launay

— 

Valenciennes, le 25 septembre 2013. Match comptant pour la 7eme journee du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Valenciennes FC (VAFC) au Paris Saint-Germain (PSG) au Stade du Hainaut. Ici la joie des parisiens Cavani et Ibrahimovic (D) apres le but de Cavani.
Valenciennes, le 25 septembre 2013. Match comptant pour la 7eme journee du championnat de ligue 1 de football qui opposait le Valenciennes FC (VAFC) au Paris Saint-Germain (PSG) au Stade du Hainaut. Ici la joie des parisiens Cavani et Ibrahimovic (D) apres le but de Cavani. — M.Libert/20 Minutes

Ce n’est pas avec ce genre de prestation que le PSG ralliera les amoureux du beau jeu. Mais les Parisiens s’en moquent. Vainqueurs mercredi soir à Valenciennes (0-1), les hommes de Laurent Blanc se sont contentés du minimum. Grâce à un but de Cavani, bien servi par Ibrahimovic juste avant la pause, Paris a décroché un troisième succès d’affilée à l’extérieur.

Victoire dans la douleur

Suffisant pour rester au contact de Monaco, toujours leader du championnat. «C’est une victoire dans la douleur. C’était un match difficile mais je pense que l’essentiel est fait. On aura ce genre de match dans la saison. On se rend compte qu’on avait brûlé pas mal d’énergie dimanche contre Monaco. Les joueurs étaient fatigués», concède Laurent Blanc, l’entraîneur parisien. Même si, pour ce quatrième match en douze jours, Blanc avait fait tourner son effectif. Absents dimanche contre Monaco, Jallet, Alex, Digne et Pastore ont ainsi débuté la rencontre dans le Nord. Pas sûr cependant qu’ils aient marqué des points tant Paris a paru emprunté.

Sirigu: «Quand tu vois que tu ne peux pas marquer plus, il faut savoir se contenter de garder le résultat»

Hormis en début de match où il a maîtrisé son sujet, le club de la capitale a souvent subi les assauts d’un VAFC courageux mais au fond du trou avec cette sixième défaite d’affilée en Ligue 1. Seul un éclair de génie de ses deux stars en fin de première mi-temps a permis au PSG de s’en sortir. «Quand tu vois que tu ne peux pas marquer plus, il faut savoir se contenter de garder le résultat», conclut Salvatore Sirigu, le gardien d’un PSG plus réaliste que jamais.