Equipe de France féminine: Emilie Gomis fait les présentations

François Launay

— 

L'équipe de France de basket féminin s'est qualifiée pour les quarts de finale de l'Euro le 19 juin 2013.
L'équipe de France de basket féminin s'est qualifiée pour les quarts de finale de l'Euro le 19 juin 2013. — FRANK PERRY / AFP

Détendues, disponibles et souriantes. A première vue, les Braqueuses ne semblent pas sou pression avant le quart de finale de l’Euro jeudi face à la Suède. Il faut dire que ce groupe, vice-champion olympique, se connaît par cœur. Et a des personnalités bien différentes comme nous le détaille Emilie Gomis, l’arrière de l’équipe de France.

Sandrine Gruda: La guerrière. C’est quelqu’un de très déterminé. Elle fait vraiment tout pour être la meilleure.

 Isabelle Yacoubou: Le gros nounours. Sur le terrain, c’est un bulldozer. Elle démonte les filles sans souci. Mais en dehors des parquets, c’est la plus fragile et la plus adorable. Cette différence est surprenante.

Celine Dumerc: La leader. Elle se préoccupe de savoir si toutes les filles ont le même objectif. Elle joue vraiment son rôle de capitaine. Tout le monde l’écoute car c’est aussi celle qui connait le mieux le jeu. Elle sert aussi le relais avec le coach.

Edwige Lawson: la doyenne. C’est la plus expérimentée du groupe mais c’est aussi une grosse mytho (rires). Elle n’arrête pas de mentir, elle raconte n’importe quoi mais on tombe toujours dans le panneau. Elle sort tout le temps des blagues.

Emeline N’Dongue: L’intello. Elle est très cultivée et n’est pas cantonnée qu’au basket. C’est une vraie mathématicienne toujours en train de te reprendre.

Marielle Amant: La cool. C’est celle qui fait le plus ressortir son côté antillais. C’est quelqu’un qui est parfois peu étourdie et endormie sur le terrain. Elle est aussi un peu effacée. Comme c’est la dernière pivot sélectionnée, elle sait qu’elle a encore plus à apprendre. Et du coup, elle est énormément à l’écoute. Elle est très calme et posée. On n’aura jamais de problème avec elle.

Diandra Tchatchouang: la timide. Elle a un peu deux de tension (rires). Même quand elle fait des un contre un, c’est toujours en mode ralenti. Elle te parle toujours doucement. Elle a un talent de fou mais elle fait tout à deux à l’heure.

Endéné Miyem: la chroniqueuse. C’est celle qui a le plus de feeling avec les médias et qui raconte les potins du groupe. Il y a un an ou deux, elle avait même une caméra de BFM TV avec elle. C’est aussi quelqu’un qui a beaucoup d’humour.

Valériane Ayayi: la rookie. C’est le bébé de l’équipe, la dernière arrivée. On a parfois envie de lui faire des petits bizutages mais ça ne marche pas car elle a du caractère.

Anael Lardy: La battante. Elle sait vraiment ce qu’elle veut. C’est une meneuse de jeu avec beaucoup de caractère malgré sa petite taille. Elle sait l’exprimer. Elle aime aussi beaucoup les tatouages.

Gaelle Skrela: la kiné. Elle a un nom célèbre avec son père et son frère rugbymen. Elle a été baignée dans le sport très jeune. Elle a aussi son diplôme de kiné. Elle peut nous soigner (rires). 

Emilie Gomis: la blagueuse. Je déteste parler de moi. Mais j’aime bien relativiser. Les filles de l’équipe diraient que je ne prends rien au sérieux. Je ne suis jamais énervée sur un terrain. Je suis cool et j’aime bien tout contrôler. Je suis toujours en mode cool, zen. On a l’impression que je m’en fous de tout mais ce n’est pas le cas.

Pierre Vincent: l’expert. Il ne fait rien au hasard. Tout est réfléchi. Il sait mener une équipe et ce n’est pas donné à tout le monde chez les coachs.  Personne ne coache comme lui et au début il faut s’adapter. Il fait attention à tout même à notre vie privée car ça peut avoir des répercussions sur le terrain. Il sait parler aux femmes.