Football: Un repreneur azéri au Racing Club de Lens «pour faire la promotion du pays», explique un chercheur

Propos recueillis par François Launay

— 

Le président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliye, le 13 mai 2013, à Vienne.
Le président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliye, le 13 mai 2013, à Vienne. — DIETER NAGL / AFP

Depuis le 14 juin, l'Azerbaidjan est un peu plus connue des amateurs du RC Lens. Hafiz Mammadov, riche hommes d'affaires azéri, a décidé de racheter le club nordiste en association avec Gervais Martel, president emblématique du Racing de 1988 à 2012. Laurent Vinaudier, chercheur à l'Institut Thomas More, nous en dit plus sur ce pays méconnu. 

Connaissez-vous Hafiz Mammadov, le repreneur du RC Lens?

Non. Par contre, je connais le Baghlan Group qu’il dirige. Ils se sont développés dans des domaines différents. Par exemple, ils viennent de racheter des taxis londoniens pour les rapatrier à Bakou, la capitale et développer leur société de taxis. Ils ne respectent pas forcément les règles du jeu par rapport à leurs concurrents dans ce domaine et sont autorisés par le pouvoir à s’arrêter un peu n’importe où.  Logique car c’est un groupe proche du pouvoir et ils ont beaucoup d’appuis.Il faut dire que l’Azerbaidjan est un régime patrimonialiste qui sert les intérêts du président et de ses alliés. Il y a d’ailleurs une confusion entre la richesse d’Etat et les intérêts privés.

Peut-on parler de régime mafieux?

Oui, au niveau de l’Etat. Mais il n’y a pas de mafias privées ni de règlements de compte dans la rue. Il faut être proche du pouvoir et le pouvoir, c’est le président. C’est une dictature un peu comparable à la Biélorussie Il n’ y a  pas de liberté de la presse, des journalistes sont emprisonnés et tout est contrôlé.

Comment l’Azerbaïdjan est devenu riche?

Ca a commencé au milieu des années 2000 quand ils ont commencé à exploiter les gisements pétroliers en mer Caspienne. Il y a eu la construction d’un super oléoduc et ils se sont mis à exporter le pétrole.  Des grands groupes sont nés comme le Bahghlan Groyup ou Socar, qui contrôle à 80% le nouveau gazoduc qui va traverser toute la Turquie et transportes du gaz jusqu’à la frontière avec la Bulgarie.

L’argent investi à Lens est-il sale?

Non. Ils ont une réserve pétrolière énorme et ils font des profits considérables qui se chiffrent en milliards de dollars Cet argent-là doit être investi. Et si possible là où il y a des marchés comme c’est le cas en Europe de l’Ouest. C’est du business. Et tout ça sert aussi à faire la promotion du pays.  D’ailleurs une grande campagne de communication sur le tourisme en Azerbaïdjan vient d’être lancée en ce sens .