Toulon: Mourad Boudjellal compte bien encaisser les chèques du «Mouradthon»

RUGBY Le président de Toulon rigole de l’initiative des supporters Clermontois...

B.V.

— 

Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, regarde le match de son équipe contre Bayonne des tribunes, le 28 janvier 2012, au Stade Mayol.
Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, regarde le match de son équipe contre Bayonne des tribunes, le 28 janvier 2012, au Stade Mayol. — AFP PHOTO/GERARD JULIEN

A l’origine, une interview polémique de Mourad Boudjellal, comme il peut en donner cinq par semaines. Offensifs envers le futur adversaire de son Racing club toulonnais en finale de la Coupe d’Europe, Clermont, Boudjellal y reproche aux Auvergnats de «faire partie du mensonge» et d’être un club très riche et très puissant. Ce qui a fait sourire les supporters jaunes et bleus, qui ont même pris pitié pour le richissime président varois, en créant le Mouradthon, une page facebook de soutien.

«La solidarité dans la grande famille du rugby n'est pas un vain mot. Après l'appel de détresse lancé par Mourad Boudjellal, la communauté d'ovalie s'organise et lance un Mouradthon» explique cette page communautaire, qui réunit à l’heure actuelle 11.000 fans. Dont une grande partie a alors envoyé au RCT des chèques d’un centime d’euro. Sur RTL, Mourad Boudjellal assure vouloir «quand même encaisser ces chèques, même si ça ne fera pas grand-chose. «L'idée est très bonne. La seule chose, c'est que ça aurait mieux marché avec un euro qu'avec un centime d'euro. Vous reconnaitrez quand même qu'on est obligé de rentrer dans la caricature de l'Auvergnat» lâche-t-il, avant d'ajouter que ses chèques seront ajoutés aux recettes de la diffusion de la finale de Hcup sur le grand écran du Stade Mayol, au profit de l’association d’aides aux enfants du Sida, Sol en Si.

Avant d’ajouter: «Les supporters de l'ASM n’ont pas compris ce que j’ai dit. Je n’ai pas dit que le RCT était pauvre mais que l’ASM était plus riche que le RCT. D’ailleurs, si je fais ma déclaration de patrimoine, une page suffira... alors qu’il faudra un livre pour Michelin!»