Evian-PSG: Les Savoyards accusent Blaise Matuidi d’avoir fait dérailler le match

Antoine Maes

— 

Les joueurs du PSG, Salvatore Sirigu en tête, lors d'une bagarre générale contre ceux d'Evian-Thonon-Gaillard, le 28 avril 2013.
Les joueurs du PSG, Salvatore Sirigu en tête, lors d'une bagarre générale contre ceux d'Evian-Thonon-Gaillard, le 28 avril 2013. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Côté parisien, on ne retient que ces trois points qui rapprochent le PSG du titre. Et pourtant, c’est la fin de match particulièrement tendue entre l’ETG et Paris (0-1, dimanche soir) qui devrait rester dans les mémoires. Déjà réduits à neuf après les expulsions de Verratti (justifiée) et de Beckham (sévère), les hommes de Carlo Ancelotti, ont visiblement pourri le match, en tout cas selon leur adversaire.

Le coupable? Blaise Matuidi, selon les Haut-Savoyards. «A la fin, c’est Matuidi qui vient allumer notre banc. Si lui, international, n’arrive pas à garder son sang-froid, ce n’est pas notre problème», balance Cédric Cambon. «Je suis déçu par son attitude, il est quand même en équipe de France», ajoute de son côté Olivier Sorlin. Dernier reproche avec Pascal Dupraz, le coach de l’ETG: «Je ne saurais jamais ce que représente un titre de Champion de France, mais a priori, Matuidi avait l’air très heureux. Dans le football, l’humilité ça ne mange pas de pain».  De son côté, Carlo Ancelotti assure qu'il n'a rien vu, ou alors pas grand-chose.

L’autre fait rocambolesque de la soirée concerne Salvatore Sirigu. Impliqué dans la bagarre générale en fin de match, le gardien italien aurait dû recevoir un carton rouge, au même titre que Saber Khlifa, l’attaquant de l’ETG, avec qui il en est venu aux mains. Sauf que le Parisien avait déjà regagné le vestiaire quand Olivier Thual a voulu l’exclure. A priori, Sirigu ne sera donc pas suspendu pour affronter Valenciennes, ce week-end, puisque les décisions de la commission de discipline, qui se tient jeudi, ne sont effectives que la semaine d’après. 

Revivez Evian-PSG en live comme-à-la-maison