Joey Barton ne sera pas inquiété pour ses tweets sur Thiago Silva

R. B. avec T. V. à Marseille

— 

Le milieu de terrain de l'OM Joey Barton, le 9 décembre 2012, au stade Vélodrome.
Le milieu de terrain de l'OM Joey Barton, le 9 décembre 2012, au stade Vélodrome. — BORIS HORVAT / AFP

Joey Barton ne sera pas inquiété. Contacté par 20 Minutes, le Conseil National de l’Ethique a indiqué son intention de ne pas donner suite aux insultes sur Twitter du milieu de terrain de l’OM pour Thiago Silva. Ce mercredi matin, Barton avait qualifié le défenseur du PSG, excellent lors du match nul de son équipe contre Barcelone (2-2), de «transsexuel.»

«Après vérification, le Conseil National de l’Ethique ne se saisira pas du dossier Twitter/Joey Barton», a indiqué par mail la Fédération Française de Football, dont dépend le CNE. Dans ce mail,  l’instance explique également que ces propos n’ont pas été tenus dans le cadre d’un match relevant de la compétence de la FFF mais de l’UEFA.

Judiciairement, l'Anglais est également tranquille. Sollicité, l'avocat au barreau de Paris et associé du cabinet ACBM Avocats Antoine Cheron affirme que les propos de Barton ne peuvent être considérés comme une injure au sens légal du terme. «Ils pourraient l’être s’ils entrainaient des conséquences dommageables pour la vie privée, sociale ou professionnelle du joueur, souligne-t-il. Pour apprécier ces conséquences, il faut se demander si le public peut objectivement prendre en considération les propos de Barton. Il semble qu’il s’agit d’avantages de propos extravagants que d’une imputation ou affirmation.» S'il le souhaite, le Brésilien peut seulement demander à la justice de faire retirer les tweets du réseau social. Dans un communiqué, le PSG a affirmé sa solidarité avec son joueur. «Thiago Silva et le Paris Saint-Germain se réservent le droit d'intenter toute action qu'ils jugeront nécessaire», prévient le club.

Elie Baup botte en touche

Ce n’est pas le premier dérapage sur Twitter de Joey Barton qui s’en était déjà pris au physique et au poids du journaliste de Canal + Pierre Ménès. De son côté, l'OM ne souhaite pas sanctionner le joueur. En conférence de presse, Elie Baup a précisé que le joueur restait «responsable de ses actes et de sa communication». «J’ai effleuré ça ce matin, mais vous savez ce qui est important pour moi et je pense pour tout le monde c’est la communication du club. Je suis entraîneur de l’OM ce n’est pas à moi de commenter sur la communication individuelle des joueurs. Ils sont responsables. J’ai un patron, il y a une direction sportive, ça n’est pas mon rôle de sanctionner ses propos, explique l'entraîneur de l'OM. Ce qui ne concerne pas l’activité du club ne me concerne pas. Je ne porte pas de jugement sur tout ça. Chacun doit être responsable de ses actes à partir du moment où il quitte la Commanderie.»

Joey Barton a également pu compter sur le soutien de son équipier Jérémy Morel, interrogé par 20 Minutes ce mercredi. «Je pense qu’on en fait une montagne sur lui parce que nous quand on l’a au quotidien c’est pas du tout l’image qu’il nous renvoie. C’est plutôt un mec super sympa, raconte le latéral gauche de l'OM. Après ce qui se passe en dehors c’est son problème. Ca reste des enfantillages par presse interposées. Il y a un jeu qui s’est établi, ça fait parler, c’est sûrement une façon pour lui de s’exprimer en dehors...»