«Dream League»: Quand les «Cahiers du Foot» piègent le «Times»

FOOTBALL Une brève parodique du site français a été reprise à bon compte par le géant de la presse anglaise...

B.V.

— 

Capture d'écran du Times
Capture d'écran du Times — Capture d'écran 20 minutes

Oliver Kay risque de passer une journée compliquée. «Chief football correspondant» au célèbre Times, journal anglais considéré comme très fiable outre-Manche – l’équivalent du Monde ou du Figaro chez nous  -, il a publié ce mercredi une information «exclusive» annonçant la création d’une Ligue fermée pour les 25 meilleurs clubs du monde, financée et organisée par le Qatar. Le genre qui révolutionne l’organisation globale du football mondial.

Sauf que malgré les «selon nos informations» distribués à travers l’article de Kay, qui trône en tête de la page d’accueil du site internet du Times, cette histoire de «Dream Football League» pourrait n'être qu'une pure invention des Cahiers du Football. Le site satirique publie en effet fréquemment de fausse dépêches à caractère humoristique, signées ATP pour Agence Transe Presse (parodie de l’Agence France Presse). Et le 10 mars dernier, le site de Jérôme Latta a en effet sorti une dépêche fictive annonçant la création de cette DFL, qu'il qualifie lui-même de «totale invention». Ce que le Times n’a visiblement pas pris la peine de vérifier avant d’en faire sa une et de récupérer la même image d'illustration que les Cahiers. Même si Oliver Kay se défend. «Je peux vous garantir à 100%, 1000%, 175 millions de pourcent que mon article n'a rien à voir avec quelque site que ce soit, explique-t-il. Ma source est bonne, mes informations sont bonnes et il y a plus derrière cette histoire.»

De son côté, la Fédération qatarie de football a répondu via un communiqué: «Concernant l’article paru aujourd’hui dans le Times au sujet de la Dream Football League, l'association qatarie de football et les autres entités du football qatari peuvent confirmer catégoriquement qu’elles ne sont impliquées dans aucune initiative de la sorte et n’ont jamais entendu d’élément suggérant que ce concept existait vraiment.»