Fair-play financier: L'UEFA conseille au PSG «de ne pas tricher» avec les règles

FOOTBALL Le club parisien est dans le collimateur...

J.L.
— 
La présentation du maillot de David Beckham (au centre), le 31 janvier 2013 au Parc des Princes à Paris.
La présentation du maillot de David Beckham (au centre), le 31 janvier 2013 au Parc des Princes à Paris. — REUTERS

«Tout le monde, y compris le PSG, connaît les nouvelles règles et la façon de les respecter. Il faut générer les revenus qui permettent de couvrir les coûts du club sans tricher.» Gianni Infantino a profité de la présentation du dernier rapport de l’UEFA avant la mise en place du fair-play financier lundi pour tacler gentiment les dirigeants parisiens.

Le PSG fait en effet partie des 46 clubs européens qui n’ont pas passé le dernier test grandeur nature mené par l’UEFA dans l’optique de l’application du fameux «FFP» instauré par Michel Platini. En résumé, il est reproché au PSG, comme à Chelsea ou Manchester City, d’avoir perdu plus de 45 millions d’euros, la limite fixée par le législateur du foot européen, entre 2009 et 2011.

Dans le viseur du secrétaire général de l’UEFA également, l’accord entre le PSG et Qatar Tourism Authority, qui rapporterait au club parisien entre 150 et 200 millions d’euros par an, sera particulièrement analysé pour savoir s’il n’enfreint pas les règles du fair-play financier. «Les dirigeants du PSG nous ont dit qu’ils voulaient respecter les règles, des règles qui sont mises en place pour les aider. Le but n’est pas de sanctionner les clubs, mais si on doit le faire pour les aider on n’hésitera pas» prévient le porte-parole de l’UEFA.