PSG: Nenê et Hoarau, des départs qui marquent la fin d'une époque

FOOTBALL Les supporters parisiens regrettent la gestion des Qataris...

Quentin Thomas

— 

Les joueurs du PSG, Guillaume Hoarau (à g.) et Nenê, lors de la victoire parisienne à Nice, le 20 février 2011.
Les joueurs du PSG, Guillaume Hoarau (à g.) et Nenê, lors de la victoire parisienne à Nice, le 20 février 2011. — E.Gaillard/REUTERS

A l’image du départ de Guillaume Hoarau en Chine et de Nenê au Qatar lors du mercato hivernal, le PSG entend tourner progressivement la page Colony Capital, propriétaire du club de 2006 à 2011. Non désirés par les dirigeants parisiens, le meilleur marqueur de la saison passé (21 buts) et l’international français ont choisi de se relancer à l’étranger. Une situation que regrettent certains supporters du PSG

«C’est la fin d’un cycle, une page qui se tourne», commente Pierre, ancien abonné du Parc des Princes. « Hoarau, depuis cinq ans était un animateur de vestiaire mais il ne pouvait plus rivaliser sur le terrain. Pour Nenê, c’est différent, il était très fort techniquement et arrivait à faire la différence, son seul défaut c’est de ne pas avoir été recruté sous l’ère Leonardo», ajoute-il.  Depuis son arrivée avec les Qataris en 2011, le directeur sportif change peu à peu la totalité de l’effectif. Bodmer, Camara, Chantôme, Jallet et Armand, «les anciens» se comptent sur les doigts d’une main.

«Le club veut effacer son passé»

 «C’est une preuve de plus que ce club veut effacer son passé, son histoire», se résigne Aurélien. Lui qui supporte le club depuis deux décennies, n’apprécie pas la nouvelle gestion des  dirigeants: «Je ne suis pas contre une politique de stars. Zlatan Ibrahimovic est l’un des meilleurs attaquants du monde, Ancelotti, l’un des meilleurs techniciens, mais il y a des façons de faire, souligne-t-il. Nenê et Hoarau ont porté le club vers le haut et n’ont même pas eu le droit à une cérémonie de remerciements.»

Amer, il regrette deux joueurs «irréprochables dans la vie du  club» et se désole du comportement des nouvelles recrues: «Les joueurs qui arrivent n’ont pas de respect pour le club. Nenê en un an et demi parlait couramment français. Je n’ai pas encore entendu Pastore et Zlatan dire bonjour en français à un journaliste.»

Au contraire, certains se réjouissent des choix des investisseurs Qataris. «Le PSG est passé dans une sphère supérieure, tempère Viola, ancien membre du groupe de supporter des Lutèce Falco. Tout le monde s’y retrouve, le club est content et eux ils vont toucher un gros chèque. C’est la loi du foot business.»