Nantes: Le baby-foot fait école

A Nantes, Guillaume Frouin

— 

Le baby-foot ne se pratique pas que dans les cafés. A Nantes, c’est le Palais des sports de Beaulieu qui accueillait, de jeudi à ce dimanche, la 6e édition de la Coupe du monde de «football de table».

Une compétition très sérieuse, à laquelle ont participé 512 joueurs du monde entier (Etats-Unis, Iran, Chine...) et répartis en différentes catégories (hommes, femmes, juniors, vétérans et handisport). Suivi par près de 15 000 spectateurs tout au long du week-end, l’événement était aussi retransmis à la télé sur les chaînes Eurosport 2 et ESPN 3.

Dix clubs créés en un an

À vrai dire, si cette Coupe du monde a lieu à Nantes pour la cinquième année consécutive, ce n’est pas un hasard: la ville est le siège des fédérations française et internationale de la discipline. Leur président, Farid Lounas, a également fait de la Loire-Atlantique un laboratoire du développement de la pratique sportive du baby-foot: En un an, dix clubs ont rejoint celui de Nantes, le seul qui existait jusque-là.

«De 75 licenciés, nous sommes passés à 200», souligne Farid Lounas, qui espère en avoir «300» d’ici la fin de l’année. Sa fédération de «football de table» a aussi entamé un travail d’initiation des scolaires aux joies du baby-foot. Côté résultats, l’équipe de France masculine a remporté ce dimanche la Coupe du monde devant son homologue américaine, ultra-favorite, sur le score de trois manches à deux. Elle avait battu les Belges, tenants du titre, en demi-finale.