Google vous fait visiter les plus grands musées du monde

WEB Le géant américain vient de donner un second souffle à son «Google Art Project», plateforme en ligne sur laquelle vous pouvez admirer des oeuvres numérisées en haute résolution, lancée il y a un an. Grâce à un partenariat avec 151 musées, il propose désormais aux internautes de découvrir 30.000 œuvres d'art venant de 40 pays...

Anaëlle Grondin

— 

La collection du musée Van Gogh d'Amsterdam (Pays-Bas), mise en ligne sur le Google Art Project en haute résolution.
La collection du musée Van Gogh d'Amsterdam (Pays-Bas), mise en ligne sur le Google Art Project en haute résolution. — Google

Explorer les collections du musée d’Orsay à Paris, du Museum of Modern Art de New York (MoMa), de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, ou encore celles du Musée national de Tokyo… Google vous permet aujourd’hui de découvrir en quelques clics plus de 30.000 œuvres d’art en haute résolution venant de 150 musées du monde, grâce à sa plateforme Google Art Project. Et il ne s’agit pas uniquement de peintures. Les passionnés d’art ou les curieux peuvent également admirer sculptures, graffitis et photographies.

Cette plateforme en ligne, lancée il y a un an avec 1.000 œuvres issues de 17 musées, fait ainsi peau neuve en passant à une toute autre échelle. En France, plusieurs sites ont rejoint le Château de Versailles, partenaire d’Art Project à ses débuts: le musée d’Orsay, le musée de l’Orangerie, le Château de Fontainebleau, le musée du Quai Branly et le Château de Chantilly. Amit Sood, directeur du projet chez Google, a précisé lors du lancement de cette deuxième version d’Art Project ce mardi au musée d’Orsay à Paris, que Google était encore en discussions avec le Louvre et que cela pouvait prendre plus ou moins de temps à se mettre en place.

Sur le site Google Art Project, il est possible de faire une recherche par musée ou nom d’artiste. En cliquant sur Vincent Van Gogh, par exemple, le site affiche 149 œuvres venant de tous les musées partenaires qui possèdent des tableaux de l’artiste et ont souhaité les numériser.  «Ce sont eux qui décident quelles œuvres ils ont envie d’avoir sur Google Art Project», a précisé Amit Sood. «Le musée peut décider à tout moment de retirer ou d’ajouter une œuvre à la plateforme. On leur prête nos technologies pour les photographies haute résolution, mais ce sont les musées qui font le travail», a-t-il expliqué à 20 Minutes.

Balades virtuelles dans les galeries grâce au Street View

En plus des œuvres en tant que telles, les internautes peuvent désormais se balader dans les galeries de 46 musées, grâce à la technologie Street View. Un «trolley» a été spécialement conçu pour réaliser des prises de vue à 360 degrés à l’intérieur de certaines galeries, qui ont ensuite été assemblées pour pouvoir parcourir les centaines de salles de ces musées. Par ailleurs, 46 œuvres d’art ont été photographiées avec des détails très précis en utilisant une technologie de capture d’images en «gigapixels». Les internautes peuvent ainsi zoomer et étudier les détails du travail au pinceau de certaines œuvres comme La Tour de Babel de Bruegel ou Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte de Georges Seurat. 

«On a souhaité mettre nos technologies au service de la culture, pour la promouvoir et la préserver», a indiqué Nelson Mattos, vice-président produits et ingénierie Google. Le géant américain a assuré qu’il ne monétisait rien avec ce projet et qu’il souhaitait simplement mettre la culture à disposition du plus grand nombre. Carlo d’Asaro Biondo, président des opérations Google Europe de l’Est, du Sud, du Moyen Orient et de l’Afrique, a ajouté: «Pour nous, la diversité est importante. Les cultures de nombreux pays doivent être représentées, et pas seulement la culture anglo-saxonne». Selon Amit Sood, l’intérêt est triple pour les musées: augmenter le trafic vers leur site Internet, leur faire gagner en visibilité et toucher de nouveaux publics.

«C’est une belle opportunité pour les musées»,  a déclaré de son côté Guy Cogeval, président des musées d’Orsay et de l’Orangerie. «Je pense que Google Art Project va permettre de faire découvrir nos collections». Pour lui, la plateforme ne va pas inciter les gens à rester chez eux maintenant que des dizaines de milliers d’œuvres sont numérisées en haute résolution. Au contraire. Il est persuadé que le public sera plus nombreux à venir admirer les œuvres au musée.

>> Que pensez-vous de la plateforme «Google Art Project» et de l’initiative de Google? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.