Faut-il se laisser tenter par un Windows Phone?

CONSO Les premiers modèles présentés lundi débarquent le 21 octobre dans l'Hexagone et vont tenter de se faire une place entre l'iPhone, les BlackBerry, Nokia et Android...

Philippe Berry

— 

Les téléphones sous Windows Phone 7 disponibles le 21 octobre 2010 en France: HTC 7 Trophy, HTC 7 Mozart, Samsung Omnia 7 et LG Optimus 7
Les téléphones sous Windows Phone 7 disponibles le 21 octobre 2010 en France: HTC 7 Trophy, HTC 7 Mozart, Samsung Omnia 7 et LG Optimus 7 — DR

De notre correspondant à Los Angeles

Sur le papier, la mission s'annonce presque impossible. En 2010, la présence de Microsoft sur le marché des smartphones est devenue presque anecdotique (5% des ventes au premier semestre, selon Gartner). Face à l'avance de Nokia et RIM/BlackBerry, au rouleau compresseur Apple et à l'innovation bouillonnante d'Android, aucun consommateur sain d'esprit n'avait de raisons d'acheter un smartphone estampillé Windows. Jusqu'à aujourd'hui.

Interface générale: Microsoft innove

Après avoir joué avec Windows Phone 7, tout semble statique et un peu cloisonné sur l'iPhone. Pas de flux Facebook intégrés au téléphone ou d'aperçu du prochain rendez-vous sur l'écran de veille. On navigue d'app en app, souvent interrompu par des notifications en push. L'expérience sous Windows Phone 7 semble couler davantage, sans heurts. Android se situe entre les deux avec ses nombreux widgets. Nokia, même sur le N8 et BlackBerry avec le Torch sont largement distancés et devront innover en 2011 avec leurs nouveaux systèmes. Microsoft a cependant un retard handicapant à combler: l'absence de copier-coller (prévu pour début 2011) et de gestion du multitasking (rien d'officiel pour l'instant).

Multimédia: au coude à coude

L'expérience multimédia de Windows Phone 7 est directement importée du Zune. Catastrophique à ses débuts, le système a largement progressé et se situe désormais au niveau d'Apple. Les deux sont esclaves d'un logiciel lourd (iTunes et Zune PC). Lors de sa prochaine mise à jour, Android pourrait prendre une longueur d'avance avec des progrès sur la synchronisation sans fil.

Business: Microsoft et RIM devant

Windows Mobile a toujours eu une certaine cote en entreprise, aux côtés des BlackBerry. La tendance devrait se poursuivre. Windows Phone 7 intègre une version d'Office optimisée et gratuite (avec traitement de texte, tableur et logiciel de présentation) ainsi que SharePoint. Le calendrier peut se synchroniser aussi bien à Outlook qu'à Google Calendar, et les données partagées dans le nuage sont mieux protégées que chez Apple, juge ITPro.co.uk.

Apps: Apple reste le roi

250.000 apps disponibles, plus de 6.5 milliards téléchargées, Apple est indétrônable. Derrière, Google n'abdique pas (80.000 apps sur l'Android Market, début septembre, selon les chiffres officiels) mais le marché plus structuré de l'iPhone reste financièrement plus intéressant pour les développeurs. Microsoft semble choisir une approche intermédiaire, en contrôlant de près la fabrication de chaque téléphone (pour éviter la fragmentation de la plateforme Android), tout en laissant davantage de liberté qu'Apple aux développeurs, notamment dans le choix de leurs outils de développement.

Jeux: la puissance du XBOX Live

C'est peut-être le créneau sur lequel Microsoft a le plus beau coup à jouer. Sur iPhone, on s'amuse surtout avec Angry Birds ou Doodle Jump. Certains titres de Gameloft ou EA sont graphiquement bluffants, des licences classiques ont fait leur apparition (comme Final Fantasy), mais le portable d'Apple reste surtout tourné vers le casual. Microsoft veut aussi séduire les «petits» développeurs sur son Marketplace. Mais surtout, l'intégration du service XBOX Live devrait amener des poids lourds du jeu vidéo (les studios internes de Microsoft en tête), qui proposeront des titres plus aboutis lorgnant sur la PSP et la DS.

Hardware: pas encore de «killer phone» côté Microsoft

Parmi la dizaine de modèles dévoilés lundi, aucun ne se démarque véritablement. Les caractéristiques techniques sont proches (Microsoft impose des critères minimum), les designs, classiques. Aucun n'a vraiment ce «wow factor» de l'iPhone 4 et de son écran –même si les 4,3'' du HTC HD7 séduiront les amateurs de vidéo mobile et que le Super AMOLED de Samsung a fait ses preuves sur le Galaxy S. Reste à voir également comment les Windows Phones se comporteront côté batterie.

Conclusion: un marché plus compétitif que jamais

Il faudra attendre le 21 octobre pour un avis plus définitif, mais Microsoft semble bien de retour dans la partie après trois ans de sommeil proche du coma. L'entreprise dispose de plusieurs pistes de croissance: les anti-Apple et ceux effrayés par la jungle Android, le monde de l'entreprise; et surtout, tous ceux qui n'ont pas de smartphone. On l'oublie souvent, mais les vieux «brick phones» ont encore représenté 80% des ventes mondiales de mobiles au premier trimestre 2010.

Quel smartphone envisagez-vous pour votre prochain achat? Dites-le nous ci-dessous.