Avec le rachat de King, développeur de « Candy Crush Saga », Microsoft s’empare d’un mastodonte du jeu mobile

JEUX VIDEO Le groupe Activision-Blizzard racheté cette semaine par Microsoft compte également les studios King, leader du secteur du jeu mobile

Anaëlle Lucina pour 20 Minutes
— 
Avec King, Microsoft met aussi la main sur un géant du jeu mobile
Avec King, Microsoft met aussi la main sur un géant du jeu mobile — Geeko

Le groupe Activision-Blizzard se compose des éditeurs Activision, Blizzard et King. Il détient ainsi de puissantes licences telles que World of Warcraft, Call of Duty, Candy Crush, Overwatch ou encore Diablo. Des licences disponibles aussi bien sur consoles que sur PC et mobile. En tout, plus de 390 millions de personnes jouent chaque mois à l’une des productions du groupe.

En rachetant Activision-Blizzard pour 68,7 milliards de dollars, en plus de mettre la main sur toutes ces licences prestigieuses pour ses consoles, Microsoft met également la main sur King, un mastodonte du  jeu mobile.

Le succès de Candy Crush

King Digital Entertainment, un éditeur de jeux vidéo britannique, est né en 2003 à Londres. L’éditeur de jeux anglo-suédois King a fondé son succès grâce à Candy Crush.

Pensé à Stockhol en Suède par une équipe de King, Candy Crush Saga a vu le jour en 2012 sur les terminaux mobiles et sur Facebook. Le principe du jeu est de réaliser des combinaisons avec des bonbons. Il rappelle les classiques Tetris ou encore Colums. Très rapidement, sa simplicité de prise en main et son interface colorée ont séduit de nombreux joueurs, de tout âge. De plus, les mises à jour régulières de Candy Crush n’ont fait que renforcer son succès.

En 2013, King déclarait un chiffre d’affaires de 1,88 milliard de dollars, contre 164 millions en 2012. Les achats intégrés ont également fait grimper le bénéfice, qui est passé de 8 à 568 millions de dollars. En effet, grâce à un modèle économique free-to-play, Candy Crush est gratuit, mais inclut des micropaiements pour approfondir l’expérience de jeu. Ainsi, en 2014, 1,2 milliard de parties étaient jouées par 128 millions d’utilisateurs actifs.

Le rachat de King par Activision

L’éditeur anglo-suédois a été racheté par Activision en 2016 pour 5,9 milliards de dollars. Le rachat est lié à une baisse de la valeur comptable et du chiffre d’affaires de l’éditeur.

Candy Crush Soda Saga, la deuxième version du jeu éponyme ainsi que les autres jeux de l’éditeur King ont atteint 318 millions d’utilisateurs actifs en 2015, selon le dernier bilan fiscal de son éditeur. En guise de comparaison, King enregistrait 354 millions de joueurs une année plus tôt. En plus de cette baisse du nombre de joueurs actifs, King notifiait un autre problème. Sur les 318 millions d’utilisateurs en 2015, ils n’étaient plus que 6,6 millions à payer pour jouer. Contre 8,3 millions en 2014.

Le rachat de King par Activision a donc été une aubaine pour les deux parties. En effet, depuis le rachat de l’éditeur anglais, le jeu mobile occupe une place de plus en plus importante et fructueuse dans le catalogue d’Activision. Par exemple, Call of Duty Mobile, créé en partenariat avec  Tencent est un succès. Ainsi, lors de sa dernière déclaration de résultats trimestriels, Activision a révélé que King était sa division la plus rentable. L’éditeur anglo-suédois aurait généré 652 millions de dollars de revenus nets au cours du troisième trimestre de 2021.

Consolider le virage mobile de Microsoft

En rachetant Activision-Blizzard, Microsoft signe donc un nouveau départ sur mobile. Grâce à l’acquisition de King, le géant s’assure un développement en termes d’applications mobiles natives. Jusqu’à présent, le géant basait sa stratégie sur la promotion de son offre Gamepass sur mobiles.

L’acquisition de King lui ouvre de nouvelles portes. Reste à voir de quelle façon Microsoft intégrera les activités du groupe à sa stratégie…