Apple II, iMac, iPod... Quatre produits cultes qui ont marqué l'histoire d'Apple

SAGA « 20 Minutes » se remémore quelques-unes des machines stars de la marque à la pomme, avec Nicolas Sabatier, qui sort un livre retraçant son histoire, aux éditions Omake Books

Nicolas Bonzom
— 
Steve Jobs dévoilant l'IPhone, en 2007
Steve Jobs dévoilant l'IPhone, en 2007 — PAUL SAKUMA/AP/SIPA
  • Nicolas Sabatier, enseignant en informatique à l’université de Montpellier, publie L’histoire d’Apple, 45 ans d’innovations, aux éditions Omake Books.
  • « 20 Minutes » s’est remémoré avec l'auteur montpelliérain quelques-uns des produits stars de la firme : l’Apple II, l’iMac, l’iPod, et, bien sûr, l’iPhone.

Lundi, Apple a dévoilé un nouveau Mac Book, ultra-puissant. Mais avant, il y a eu beaucoup, beaucoup, d’autres machines. À l’occasion de la sortie de L’histoire d’Apple, 45 ans d’innovations (chez Omake Books), 20 Minutes se souvient de quatre produits cultes de la marque à la pomme avec son auteur, Nicolas Sabatier, enseignant en informatique à l’université de Montpellier (Hérault).

L’Apple II, le premier véritable ordinateur personnel

Certains se remémorent sans doute avec émotion de leurs parties de Prince of Persia ou de Lode Runner sur l’Apple II. Commercialisée en 1977, cette machine a une place à part, dans l’histoire de l’informatique : c’est le premier ordinateur personnel, produit à grande échelle. « Avant l’Apple II, il était pratiquement impossible, pour une personne lambda, d’avoir un ordinateur pour soi, explique Nicolas Sabatier. Beaucoup d’informaticiens, à l’époque, ne croyaient pas au principe d’un ordinateur pour une personne. Ils pensaient que c’était une machine professionnelle, et rien d’autre. »

L'Apple II
L'Apple II - Igor Zehl/AP/SIPA

Seules deux personnes y ont cru : Bill Gates, le fondateur de Microsoft, et Steve Jobs, le mythique patron d’Apple. L’idée de génie sera, notamment, de vendre un ordinateur prêt à utiliser. « Pas besoin de sortir son fer à souder », explique l’enseignant en informatique. Le succès de ce micro-ordinateur sera fulgurant, permettant à l’entreprise d’engranger des millions de dollars. « Du jour au lendemain, Apple est passée de deux hippies dans un garage à une entreprise d’envergure internationale », poursuit l’auteur.

L’iMac, le premier ordinateur mignon

A la fin des années 1990, Apple est dans le rouge. Il faut à l’entreprise un produit suffisamment iconique pour la remettre d’aplomb. Ce sera l’iMac, en 1998. C’est l’entrée à l’université de la fille de Steve Jobs qui a précipité le projet : en lui cherchant un ordinateur sur le marché, il constate qu’aucun d’eux n’est valable. Il va donc le créer.

Steve Jobs dévoilant l'iMac, en 1998
Steve Jobs dévoilant l'iMac, en 1998 - MABANGLO/SIPA

« Le principe, au départ, c’est de concevoir un ordinateur pas cher, et tourné vers Internet », alors en plein essor, confie Nicolas Sabatier. Mais aussi, avec une belle gueule. L’iMac se différenciera des boîtes beiges aux formes angulaires, que proposent la plupart alors des constructeurs. « Apple souhaite faire de l’iMac un objet de design, reprend l’auteur. Que lorsqu’on le place chez soi ou dans un bureau, on n’ait pas envie de le cacher, mais, au contraire, de le montrer. » Ce produit, qui sera un immense succès dans le monde, aura même droit à une gamme colorée mythique.

L’iPod, le baladeur MP3 le plus populaire

Lancé en 2001, l’iPod est le baladeur numérique MP3 qui s’invitera dans la poche de toute une génération. Tandis que ce nouveau format musical explose, « les ingénieurs de l’entreprise font remonter à la direction qu’il y a quelque chose qui s’appelle Napster, qui permet de télécharger des musiques », raconte Nicolas Sabatier. Il y a bien, à l’époque, des lecteurs MP3, fabriqués par des entreprises sud-coréennes, mais « ils sont de piètre qualité, et ne permettent de conserver que peu de morceaux », poursuit-il. Apple va s’inviter dans ce marché, avec, une fois encore, un succès énorme. La popularité de ce lecteur sera portée par une publicité culte, où des silhouettes s’agitent sur des fonds colorés. « N’importe quelle musique diffusée dans cette publicité devenait aussitôt un hit, note Nicolas Sabatier. Culturellement parlant, ça a fait date. »

Un iPod
Un iPod - Shutterstock/SIPA

L’iPhone, le produit phare

Si l’iPod a fait rentrer Apple dans le XXIe siècle, les progrès de la technologie sont tels, au début des années 2000, que leur baladeur finit par être largué. Notamment par l’arrivée du smartphone. « Steve Jobs regarde ce qui se fait alors, en termes de smartphones, et il trouve qu’ils sont tous pourris, raconte Nicolas Sabatier. Il veut refaire le coup de l’iPod : proposer un produit que tout le monde aime. »

Steve Jobs résume l’idée qu’il se fait du smartphone en une phrase : « Je veux que l’utilisateur tombe amoureux » de son téléphone. Visionnaire. Cette petite machine connaîtra un succès exceptionnel, jusqu’à aujourd’hui. « Il y a un produit comme celui-là, par génération, indique l’auteur. Par exemple, les consoles de jeux vidéo les plus vendues, la Playstation 2 ou la Wii, se sont écoulées à une centaine de millions d’exemplaires, au total. L’iPhone, c’est pratiquement 100 millions… par an ! » Un véritable problème, pour Apple, car « ils ne peuvent pas faire autre chose, note Nicolas Sabatier. Et s’ils font autre chose, ce ne sera jamais du même niveau. »