Gare aux escrocs se faisant passer pour l’ACPR, le gendarme du secteur bancaire

ARNAQUE Des messages frauduleux à en-tête de l’ACPR sont actuellement envoyés, indiquant à leurs destinataires qu’ils vont recevoir un appel de contribution au fonds de garantie des dépôts et de résolution

H. B.
— 
Des messages frauduleux à en-tête de l’ACPR sont actuellement envoyés indiquant à leurs destinataires qu’ils vont recevoir un appel de contribution au fonds de garantie des dépôts et de résolution.
Des messages frauduleux à en-tête de l’ACPR sont actuellement envoyés indiquant à leurs destinataires qu’ils vont recevoir un appel de contribution au fonds de garantie des dépôts et de résolution. — Philippe Huguen AFP

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), gendarme du secteur bancaire, a alerté vendredi le public sur des « agissements d’escrocs qui contactent par courriel des particuliers ou des entreprises » en utilisant son nom pour exiger le règlement de cotisations.

« Des messages frauduleux à en-tête de l’ACPR sont actuellement envoyés indiquant à leurs destinataires qu’ils vont recevoir un appel de contribution au fonds de garantie des dépôts et de résolution et qu’il conviendra qu’ils suivent scrupuleusement les instructions pour en assurer le règlement », a mis en garde l’Autorité dans un communiqué de presse.

De « faux courriels » probablement envoyés « à grande échelle »

L’ACPR, organe de la Banque de France chargé de la surveillance de l’activité des banques et des assurances, assure qu’elle n’est pas à l’origine de ces messages et appelle « le public à la plus grande vigilance ».

« Nous n’avons pas d’informations précises à ce jour sur le nombre de personnes touchées par ces faux courriels », dont les premiers ont été réceptionnés vendredi, a indiqué l’Autorité. « Néanmoins, nous supposons qu’il s’agit d’un envoi réalisé à grande échelle. » Seuls les établissements de crédit sont soumis « à l’obligation de payer des contributions au mécanisme de garantie des dépôts », rappelle l’ACPR. Les particuliers ou les entreprises commerciales hors établissement ne sont pas concernés par cette obligation.

Le gendarme des banques et assurances prend cette problématique « très au sérieux », « il ne s’agit pas de la première fois que l’ACPR est victime d’une usurpation de son identité. »