Google retoqué par l’UE pour son manque de transparence concernant les résultats de recherche sur les prix des vols et des hôtels

TRANSPARENCE S’il ne répond pas à la demande de la Commission européenne, le géant américain pourrait subir des sanctions

Jennifer Mertens pour 20 Minutes
— 
Pour l’UE, Google manque de transparence vis-à-vis des prix des hôtels et des vols
Pour l’UE, Google manque de transparence vis-à-vis des prix des hôtels et des vols — Geeko

Google est à nouveau dans le viseur de la Commission européenne. Dans un courrier envoyé à la société américaine, la Commission et les autorités nationales de protection des consommateurs informent Google qu’elles ne sont pas satisfaites de la manière dont l’entreprise se plie au droit européen en matière de transparence dans ses résultats de recherche. Le bras droit exécutif de l’Union européenne demande en effet à Google d’expliquer comment sont classés ces résultats sur son moteur de recherche.

Une requête qui concerne aussi bien la boutique de Google sur laquelle sont vendus des produits, que les outils Google Flights et Hotels qui permettent de réserver des billets d’avion et des hébergements. La Commission souhaite en effet que les consommateurs puissent savoir comment Google classe les résultats de recherche et donc, pourquoi certaines offres sont mises en avant. Le classement est-il influencé par des paiements financiers ? C’est la question à laquelle la Commission souhaite apporter une réponse. Google doit mentionner lorsqu’il « agit en tant que vendeur direct ou intermédiaire ».

Eviter la tromperie

La Commission souhaite également que les prix affichés correspondent le plus possible au montant final qui sera demandé aux consommateurs. Ils doivent inclure les différentes taxes et frais divers qui seront ajoutés au montant final, histoire que les consommateurs n’aient pas de mauvaise surprise à la fin.

« Il n’est pas admissible que les consommateurs européens soient induits en erreur lorsqu’ils utilisent des moteurs de recherche pour planifier leurs vacances. Nous devons leur donner les moyens de faire leurs choix sur la base d’informations transparentes et impartiales », a déclaré Didier Reynders, commissaire européen chargé de la justice.

Enfin, la firme de Mountain View doit s’assurer de la fiabilité des commentaires publiés sur son moteur de recherche, afin que les consommateurs ne soient pas influencés de manière trompeuse.

Google a deux mois pour répondre à la Commission et adapter son fonctionnement pour être en règle. En cas de mesures jugées insuffisantes, le géant américain pourrait faire l’objet de sanctions.