iPhone 13 : Pour éviter les fuites, Apple renforce la sécurité dans ses usines

SECRET Apple interdit désormais le recueil de données biométriques de ses salariés visitant les usines de ses sous-traitants

20 Minutes avec agence
— 
Une usine Foxconn fabriquant des iPhone pour Apple en Chine (illustration).
Une usine Foxconn fabriquant des iPhone pour Apple en Chine (illustration). — Hon Siu Keung/EPN/NEWSCOM/SIPA

Apple a modifié les mesures de sécurité au sein des usines de ses sous-traitants dans le but de limiter les risques de fuites concernant le futur iPhone 13. Les mises à jour ont rendu certaines règles plus strictes mais en ont aussi allégé une autre. Un document interne relayé par The Information indique ainsi qu’il est désormais interdit de recueillir les empreintes digitales et les photos des employés d’Apple se rendant dans une usine.

La marque a la pomme a en effet estimé que la protection de la vie privée est un « droit de l’homme fondamental ». Les mêmes règles ne sont cependant pas appliquées aux salariés des sous-traitants. Le recueil de données biométriques les concernant est toujours possible. Le dispositif concerne plus d’un million de travailleurs employés par les fabricants de produits Apple, comme Foxconn et Pegatron.

Le système de traçage des pièces renforcé

Pour protéger les secrets de l’iPhone 13 à venir, Apple a choisi de durcir certaines mesures existantes et d’en mettre en place de nouvelles, indique le site 9to5Mac. Les véhicules arrivant dans les usines doivent maintenant être filmés sous quatre angles. Les images des caméras filmant la destruction de prototypes et de pièces défectueuses sont conservées pendant 180 jours. Tout visiteur extérieur doit présenter une pièce d’identité officielle.

Des agents de sécurité sont chargés de garder une trace écrite des déplacements des employés qui transportent des composants clés. Apple a également souhaité renforcer son programme de traçage des mouvements des pièces détachées en instaurant un système d’alerte. Celui-ci se déclenche lorsqu’un élément met « un temps inhabituellement long à atteindre sa destination ».

Le géant californien a par ailleurs demandé aux fabricants travaillant pour lui de vérifier les antécédents criminels de chacune des personnes employées sur leurs sites. Il s’agit d’une première.