Internet bat un nouveau record de vitesse lors d’une expérience menée par des chercheurs australiens

INTERNET Un taux de 44,2 térabits par seconde a été atteint

Charlotte Rabatel pour 20 Minutes

— 

L’Internet bat un nouveau record de vitesse
L’Internet bat un nouveau record de vitesse — Geeko

Au moment où la 5G fait débat et inquiète des citoyens, des chercheurs en Australie ont atteint une vitesse de surf record sur la fibre optique : 44,2 térabits par seconde sur 75km de distance. L’étude a été publiée chez l’éditeur scientifique Nature Research.

Un record de vitesse

Ces scientifiques se sont appuyés sur les micro-combs, des micro-peignes optiques qui ont fait leurs preuves dans plusieurs domaines comme « la spectroscopie, la photonique micro-ondes, la synthèse de fréquence, la télémétrie optique, les sources quantiques, la métrologie et la transmission de données à très haute capacité ».

En utilisant une classe puissante de micro-peigne « appelée cristaux de soliton », ils ont atteint « une transmission de données ultra-élevée ». Les chercheurs ajoutent que « ce travail démontre la capacité des micro-peignes optiques à fonctionner dans des réseaux de communications optiques exigeants et pratiques ». Concrètement, cette vitesse de connexion pourrait vous permettre de télécharger des milliers de films en haute qualité, en quelques secondes. L’application de cette technologie ne sera sans doute pas proposée au grand public à ses débuts.

Une application envisageable

Ce qui est intéressant, c’est que ce record a été établi sur une fibre standard. L’expérimentation a été menée en laboratoire, mais également sur le terrain. Une connexion test a relié le campus de l’Institut royal de technologie à Melbourne et le campus Clayton de l’Université Monash. En se basant sur une fibre optique standard, les équipes se libèrent d’un appui spécifique supplémentaire.

Il y a dix ans, les réseaux mondiaux s’appuyaient sur les communications à longue distance, « couvrant 1.000 km », d’après l’étude. Les chercheurs soulignent que « l’accent est désormais mis sur les réseaux métropolitains (reliant entre 10 et 100 km) et même sur les centres de données (<10 km) ».

Ce type d’expérience tente de trouver des solutions « de plus en plus compactes, peu coûteuses et économes en énergie ». L’utilisation micro-peignes optiques apparaît comme une solution qui « offrira les meilleurs avantages ».