Coronavirus : Un « chien-robot » testé à Singapour pour faire respecter la distanciation sociale

INNOVATION « Spot » déambule dans un parc pour compter les personnes qu’il croise et délivrer un message de prévention

20 Minutes avec Agence

— 

Singapour teste l'utilisation d'un chien-robot dans la lutte contre le coronavirus.
Singapour teste l'utilisation d'un chien-robot dans la lutte contre le coronavirus. — Roslan RAHMAN / AFP

La technologie a une grande place dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. A Singapour, un chien-robot baptisé Spot parcourt ainsi le parc Bishan-Ang Mo Kio depuis le 8 mai dernier. Celui-ci s’assure que les promeneurs respectent les règles de distanciation sociale, rapporte Numerama. La cité État comptabilise plus de 20.000 cas d’infections au Covid-19 malgré des mesures prises très en amont de l’épidémie et subit une recrudescence de cas positifs ces dernières semaines.

Le rôle de Spot est double. Il doit d’abord diffuser un message audio aux personnes qui se promènent dans le parc pour leur rappeler les règles de distanciation physique. Il doit également compter le nombre de personnes qu’il croise grâce aux multiples caméras dont il est doté, précise Numerama. Selon les autorités, le chien-robot ne cible pas des visages particuliers et « aucune donnée personnelle ne sera collectée ».

Un chien sous surveillance

D’après le gouvernement, le chient-robot développé par Boston Dynamics va permettre de réduire « les effectifs nécessaires aux patrouilles du parc et minimisera les contacts physiques ». Le chien a été préféré à un robot à roues, car il peut plus facilement s’adapter à « différents terrains et peut franchir efficacement les obstacles », précisent les autorités.

Toutefois, le chien n’est pas seul. Tel un ange gardien, un agent veille sur lui et est prêt à intervenir au moindre problème. Sur les affiches placardées dans le parc, il est ainsi demandé à la population de ne pas « perturber » le robot qui dispose, tout de même, d’un dispositif efficace pour ne pas entrer en collision avec un promeneur. Le test se déroulera à Singapour jusqu’au 22 mai. Il s’agit de déterminer si cette solution est efficace et peut être préconisée pour d’autres missions.