Huawei : Face au changement et au retrait des services Google « certains seront à l’aise, d’autres moins » estime le directeur français du marketing

INTERVIEW Alors que Huawei ouvre le 6 mars son store parisien, Stéphane Curtelin, directeur du marketing auprès du constructeur, tente de rassurer sur l’intérêt des nouveaux smartphones contraints de se passer des services de Google

Christophe Séfrin

— 

Huawei sans Google, comment ça marche? — 20 Minutes
  • Suspecté d’espionnage avec ses équipements 5 G, le Chinois Huawei est sous le coup d’un embargo américain depuis le mois de mai 2019 et ne peut notamment plus commercialiser ses smartphones avec les services de Google.
  • Alors que le constructeur ouvre le vendredi 6 mars son premier store français, Stéphane Curtelin, le directeur marketing Huawei France, revient sur les mesures prises pour contrer l’administration Trump.
  • Parmi elles figure l’AppGallery, le magasin d'applications de Huawei qui mise aussi sur les performances de ses produits pour continuer à convaincre.

Accusé d’espionnage par l’administration de Donald Trump, Huawei est depuis le 15 mai 2019 sous le coup d’un embargo américain qui interdit aux sociétés américaines de travailler avec le constructeur chinois. Parmi elles, Google et ses applications présentes dans tous les smartphones Android. Les terminaux commercialisés avant le 15 mai 2019 peuvent utiliser la suite logicielle (Gmail, Google Maps, Drive…) de la firme de Mountain View. Pas ceux sortis après.

Alors, faut-il encore acheter un smartphone Huawei ? Le géant chinois veut rassurer avec notamment une parade : son AppGallery, un store d’applications censé se substituer au Play Store de Google. Autre axe pour convaincre : vanter les qualités techniques de ses smartphones et accompagner les clients dans un réseau de boutiques dont la première ouvre le 6 mars à Paris*. Interrogé par 20 Minutes, Stéphane Curtelin, directeur marketing de Huawei France, fait le point.

Sous quel système d’exploitation tournent désormais les smartphones Huawei ?

Tous sont sous Android Open Source, quel que soit le smartphone. En revanche, ceux sortis avant l’embargo disposent de la Google Mobile Suite. Le P30 qui l’incorpore a été un succès fantastique. Tout le monde nous encourage à le garder et c’est ce que l’on va faire. Pour les consommateurs qui ont envie d’avoir quelque chose de simple et « habituel », c’est la meilleure des réponses. Après, un changement majeur est en cours et peut susciter des questions. Les nouveaux modèles comme le Mate 30, le Xs et le futur P40 (dévoilé le 26 mars) arriveront non plus avec les Google Mobile Services, mais avec les Huawei Mobile Services.

Les consommateurs sont-ils prêts à se passer des services de Google ?

On est habitués, sous Android, à avoir un ensemble de services fournis par Google : la navigation, le paiement dans les applications, les notifications… Nous sommes en train de construire les Huawei Mobile Services pour proposer ces mêmes services non plus fournis par Google, mais par Huawei. L’AppGallery va devenir une alternative, un nouveau store dans l’histoire du smartphone.

La Huawei AppGallery devrait inclure les 300 à 500 applications essentielles d'ici fin 2020.
La Huawei AppGallery devrait inclure les 300 à 500 applications essentielles d'ici fin 2020. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Concrètement, comment se passent les choses pour les acheteurs d’un smartphone commercialisé après l’embargo ?

Pour les smartphones sortis avant l’embargo, rien ne change et c’est aussi pour cela que nous allons poursuivre en France la vente des P30 et P30 Pro avec les services Google sur 2020. Pour les autres terminaux, il y a d’une part l’AppGallery lancée en avril 2018, qui s’étoffe de jour en jour pour nous permettre de proposer un service de cartographie avec TomTom.

Le Huawei Mate 30 Pro disponible en France sans les services de Google.
Le Huawei Mate 30 Pro disponible en France sans les services de Google. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

D’autre part, et même si à l’instant où l’on parle, Facebook, par exemple, ne peut pas se trouver dans l’AppGallery, le gouvernement américain ne peut empêcher personne d’y avoir accès. Il est possible de télécharger Facebook depuis un Mate 30, par exemple, directement sur le site de Facebook. Et puis, on trouve déjà plein de tutos sur Internet pour tout installer.

Champion sur la photo, le Huawei P30 Pro continue d'être commercialisé en 2020 et embarque les services de Google.
Champion sur la photo, le Huawei P30 Pro continue d'être commercialisé en 2020 et embarque les services de Google. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Même si la première attente des consommateurs face à un nouveau smartphone porte sur la qualité de l’appareil photo, la capacité de la batterie et la taille de l’écran, on est conscient que c’est un gros changement qui suscite des interrogations et que l’on doit guider les consommateurs, leur expliquer. C’est une nouvelle expérience. Evidemment, certains seront à l’aise, d’autres moins. Ceux qui seront le plus intéressés sont évidemment ceux qui ont une sensibilité aux performances du produit. Eux vont se poser la question de basculer. Et puis, c’est quelque chose qui n’est pas définitif non plus, mais qui évolue. Nous ne pouvons pas comparer ce que l’on fait depuis quelques mois avec notre AppGallery et ce qu’a fait Google depuis tant d’années. Néanmoins, l’objectif est d’avoir dans notre AppGallery les 300 à 500 applications le plus communément utilisées ou leur équivalent d’ici à la fin de l’année.

Comment les opérateurs réagissent-ils face à ces bouleversements ?

Ils se posent un peu les mêmes questions que vous, ils demandent des garanties, mais ils ont très envie de continuer. On avance avec eux sur des tutos, sur des idées pour former les vendeurs en magasins afin d’être très pragmatiques et efficaces. Nous avons aussi rencontré des fournisseurs de services après-vente qui pourraient aider les gens à installer leurs applications…

* Huawei Store Paris Opéra, 800m2 situé au 9, boulevard des Capucines (Paris 9e). Ouverture au public le 6 mars à 19 heures.