Vente de données personnelles : Avast va fermer sa filiale controversée, le PDG présente ses excuses

VIE PRIVÉE EN LIGNE Le PDG de l’entreprise pointée du doigt par une enquête assume ses responsabilités, mais assure avoir toujours agi dans la légalité

20 Minutes avec agence

— 

Avast collecte et vend des données de navigation de ses utilisateurs
Avast collecte et vend des données de navigation de ses utilisateurs — Geeko

Le PDG d’Avast a annoncé ce mercredi la fermeture prochaine de sa filiale Jumpshot. Une enquête de Motherboard avait récemment dénoncé la vente des données personnelles qu’opérait l’entreprise grâce à cette filiale, créée en 2015.

La réponse du dirigeant de l’éditeur d’antivirus ne s’est pas fait attendre. « J’ai décidé, avec le comité de direction, de stopper la collecte d’informations de Jumpshot et de mettre fin progressivement aux opérations de Jumpshot », écrit Ondrej Vlcek sur le blog de l’entreprise.

Un mea culpa sur la vente de données

Face aux accusations, le PDG dit se sentir « personnellement responsable » et souhaite « présenter ses excuses à toutes les personnes touchées ». « La mission principale d’Avast est d’assurer la sécurité des gens dans le monde entier », écrit le dirigeant de l’entreprise. « Je me rends compte que l’actualité récente de Jumpshot a peiné beaucoup d’entre vous et soulevé des questions justifiées, dont celle de la confiance. »

Dans son billet de blog, Ondrej Vlcek explique que Jumpshot a été fondé « à une période où il devenait de plus en plus évident que la cybersécurité allait dépendre des mégadonnées ». Les équipes d’Avast se pensaient capables d’utiliser leurs outils tout « en garantissant une sécurité supérieure à celles de toutes les autres entreprises ».

Le dirigeant affirme cependant qu’Avast et sa filiale ont toujours agi dans le respect des lois et se sont réjouies de l’arrivée du RGPD en Europe en 2018. Il assure d’ailleurs s’y être toujours « plié à 100 % ». « La protection des gens est la priorité absolue d’Avast », affirme Ondrej Vlcek. « Cela doit se ressentir dans l’ensemble de nos activités et de nos produits. Tout autre comportement est inacceptable. »