Turquie : Le blocage de Wikipédia par le gouvernement jugé comme une « violation de la liberté d’expression »

CENSURE La Cour constitutionnelle de Turquie a conclu que l’interdiction d’accès à l’encyclopédie en ligne, appliquée par le gouvernement, était illégale

avec AFP

— 

l'accès à Wikipedia est bloqué depuis 2017 en Turquie en raison de deux articles qui dérangent le gouvernement.
l'accès à Wikipedia est bloqué depuis 2017 en Turquie en raison de deux articles qui dérangent le gouvernement. — Pixabay/ geralt

Certains articles dérangent. Ce jeudi, la Cour constitutionnelle de Turquie a jugé que le blocage par le gouvernement de Wikipédia constituait une « violation de la liberté d’expression », ont rapporté les médias turcs. Cette décision venant de la plus haute instance juridique du pays a été prise à la majorité de ses membres.

Le pays n’a plus accès à l’encyclopédie en ligne depuis 2017. Une décision prise par le gouvernement en raison de la présence de deux articles sur la plateforme établissant un lien entre Ankara et des organisations extrémistes.

« La Turquie se montre également peu hostile à l’Etat islamique »

En effet, dans l'article sur la guerre en Syrie, on peut ainsi lire : « A l’été 2011, la Turquie rompt définitivement avec le régime syrien, en croyant à tort sa chute imminente, et apporte son soutien à la rébellion. Le Conseil national syrien est lancé en octobre à Istanbul et le premier camp de l’Armée syrienne libre est installé en décembre. Bien que l’AKP, au pouvoir, soit proche des Frères musulmans, la Turquie soutient l’ensemble de l’opposition, à laquelle elle fournit des armes, mais elle se montre aussi assez complaisante avec les groupes djihadistes. Les rebelles modérés comme les djihadistes franchissent librement les frontières et leurs blessés sont soignés dans les hôpitaux turcs. Jusqu’au printemps 2015, la Turquie se montre également peu hostile à l'Etat islamique, dont elle est le principal acheteur de pétrole et de coton par l’intermédiaire d’un réseau de trafiquants et de contrebandiers. L’opposition turque accuse alors le gouvernement de soutenir les djihadistes. »

Pas encore de levée du blocage

La fondation Wikimédia, qui héberge le site de Wikipédia, avait à l’époque porté plainte auprès de la plus haute cour de justice turque pour atteinte à la liberté d’expression, après qu’un tribunal de première instance eut rejeté en mai 2017 sa demande de mettre fin au blocage.

La levée effective du blocage doit à présent être examinée par ce même tribunal en tenant compte de la décision de la Cour constitutionnelle. Les autorités turques avaient affirmé que le blocage resterait en vigueur tant que les deux articles en question de Wikipédia, qui présentent la Turquie comme « un des acteurs qui ont été à l’origine de la guerre civile en Syrie et (un Etat) qui soutient et arme des organisations terroristes », n’auraient pas été retirés.

Blocages provisoires à répétition

Les autorités turques ont eu recours à plusieurs reprises ces dernières années au blocage provisoire de certains sites, comme Facebook et Twitter, généralement après des attentats.

En mai 2019, Wikimédia avait annoncé avoir également porté plainte auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) contre l’interdiction de son encyclopédie en ligne en Turquie.