TikTok : Les soldats de la marine américaine reçoivent l’ordre de désinstaller l’application

ETATS-UNIS Les soldats de la marine nationale américaine ont reçu l’ordre de désinstaller l’application chinoise des smartphones fournis par l’armée pour des raisons de « cybersécurité »

20 Minutes avec agence

— 

L'application TikTok (illustration).
L'application TikTok (illustration). — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Un mémo publié par la marine américaine demande à tous les propriétaires d’un smartphone fourni par l’armée de supprimer l'application TikTok. Le document relayé sur un groupe Facebook fait même état d’une mesure prévue à l’encontre de celles et ceux qui ne se désinstalleront pas le réseau social créé en Chine. Ils se verront refuser l’accès à l’intranet de la marine nationale des Etats-Unis, explique ce samedi une dépêche de l’agence Reuters.

L’état-major n’a pas communiqué les raisons qui ont motivé cette interdiction mais le mémo évoque une « menace en matière de cybersécurité ». Le mois dernier, les militaires de l’armée de terre américaine avaient déjà reçu l’ordre de ne plus utiliser TikTok. Un sénateur avait par ailleurs jugé inquiétante l’utilisation de la plateforme par l’armée pour recruter de futurs soldats.

« Des menaces avérées et émergentes »

La décision de bannir TikTok des smartphones de la marine « répond à des menaces avérées et émergentes », a commenté le lieutenant-colonel Uriah Orland, porte-parole du ministère de la défense. Les soldats disposant d’un téléphone fourni par l’armée sont autorisés à y télécharger la plupart des applications les plus populaires, y compris les réseaux sociaux. Il arrive malgré tout que des interdictions soient ponctuellement décrétées, explique un représentant de la marine.

Depuis plusieurs mois, les autorités américaines se montrent de plus en plus suspicieuses envers l’appli développée par le Chinois ByteDance. Le rachat par la société du réseau social Musical.ly pour 1 milliard de dollars (environ 900 millions d’euros) fait d’ailleurs l’objet d’une enquête. Le gouvernement des Etats-Unis craint que l’opération ne fasse courir des risques de sécurité nationale.