Le patron de WeWork va toucher... 1,7 milliard de dollars pour quitter son entreprise

$$$$$ Le roi du coworking perd des sommes astronomiques mais le fantasque entrepreneur Adam Neumann va toucher le gros lot en cédant son entreprise à Softbank

P.B. avec AFP

— 

Le fondateur de WeWork, Adam Neumann, le 16 janvier 2018.
Le fondateur de WeWork, Adam Neumann, le 16 janvier 2018. — Mark Lennihan/AP/SIPA

Même si WeWork avait son siège à New York, on se croirait dans un épisode de la série Silicon Valley. Adam Neumann, le fantasque entrepreneur qui aimait un peu trop la tequila et la marijuana, a accepté mardi de lâcher sa casquette de président du conseil d’administration de WeWork, selon des sources proches du dossier.

L’ancien PDG qui voulait « élever la conscience du monde » (avec une entreprise immobilière spécialisée dans le coworking, allez comprendre) va toucher un parachute doré de 1,7 milliard (bien milliard) de dollars pour lâcher son bébé à Softbank, via un rachat d’actions et à du cash. Le groupe japonais cherche ici à limiter la casse après le fiasco de l’introduction en Bourse annulée de WeWork, qui fut un temps valorisée à 47 milliards de dollars. Et qui vaut aujourd’hui six fois moins.

Chaussures à talon rétractables et planète Mars

Serial entrepreneur qui a d’abord échoué avec son aventure de chaussures à talons hauts rétractables puis de vêtements pour bébés, Adam Neumann avait réussi à convaincre des banques d’investir des sommes folles pour grandir toujours plus vite. Selon un portrait haut en couleur du Wall Street Journal, il envisageait même un WeWork sur la planète Mars, rêvait d’immortalité et de devenir Premier ministre d’Israël – où il est né avant de s’installer à New York en 2001 à 22 ans.

Quelques années plus tard, il rencontre sa femme Rebekah, la cousine de l’actrice Gwyneth Paltrow. Mariés quelques mois plus tard, ils ont désormais cinq enfants. Adam Neumann évoque souvent l’importance cruciale dans son travail du soutien de sa femme. « La première fois que je l’ai vu, même s’il était fauché, je pouvais voir qu’on allait créer ensemble quelque chose à grande échelle pour la planète », a-t-elle raconté dans un podcast en 2018.

2 milliards de dollars de pertes

Associé à son ami Miguel McKelvey, Neumann entrevoit le potentiel des bureaux partagés et crée en 2008 Green Desk. Le concept de « coworking » n’est alors pas nouveau mais il vient tout juste de prendre de l’ampleur à la faveur des nouvelles technologies, qui permettent de travailler depuis n’importe où, et de la crise financière, qui a forcé de nombreux licenciés de la finance ou de la création à monter leur entreprise.

Parce qu’ils voulaient construire une « communauté qui aide les gens à donner un sens à leur vie », composée de « membres » et non plus seulement de « locataires », ils lancent, avec Rebekah, WeWork en 2010. La société gère désormais plus de 500 sites répartis dans une trentaine de pays. Mais, pour alimenter cette croissance, elle brûle beaucoup d’argent.

En 2018, elle a perdu 2 milliards de dollars alors même qu’elle ne récoltait que 1,6 milliard de revenus. Et le formulaire S-1 d’introduction en Bourse a révélé que l’entreprise avait encore perdu 690 millions de dollars au premier semestre. L’entrée à Wall Street a d’abord été reportée, et Softbank, qui avait investi en masse, devrait prendre le contrôle de 80 % du capital. Adam Neumann, qui ambitionnait de devenir le premier « trillionnaire » devra, lui, se contenter du titre de milliardaire. Dur.