Password Checkup: Selon le nouvel outil de Google, 1,5% des mots de passe ont déjà été piratés

CYBERSECURITE Un peu plus de 316.000 identifiants sur les 21 millions « scannés » ne seraient pas sûrs, à en croire les chiffres récemment dévoilés par Google

20 Minutes avec agence

— 

Password Checkup est une extension du navigateur Chrome de Google.
Password Checkup est une extension du navigateur Chrome de Google. — M. Lennihan/AP/SIPA

Lancée en février 2019, l’application Password Checkup permet aux internautes de vérifier si les identifiants et mots de passe qu’ils utilisent sont sûrs, ou s’ils sont susceptibles d’avoir déjà été piratés. À peine un mois après son lancement, l’extension officielle du navigateur Chrome a détecté de nombreuses anomalies.

Ainsi, sur 21 millions de noms d’utilisateurs et de mots de passe scannés, « plus de 316.000 ont été signalés comme non sécurisés », révèle Google dans un communiqué publié le 15 août dernier sur son site Internet. Au total, 1,5 % des mots de passe utilisés sur la toile seraient donc compromis.

Des alertes souvent ignorées des internautes

Plus inquiétant encore, 25,7 % des alertes de sécurité émises par l’application Password Checkup auraient été ignorées par les utilisateurs par manque de temps ou en raison d’une mauvaise compréhension de l’alerte, selon un porte-parole de la firme interrogé par le site Motherboard.

Dans son rapport, Google recommande aux internautes de se montrer particulièrement vigilants envers certains sites. Selon le géant américain, les plus risqués sont les sites pornographiques et les plateformes de streaming vidéo. Viennent ensuite les sites d’e-commerce, les magazines d’information et les sites de divertissement, et enfin les sites gouvernementaux, avec moins de 1 % de connexions à risque.