Image d'illustration du réseau social Facebook.
Image d'illustration du réseau social Facebook. — Justin TALLIS / AFP

FISCALITE

Facebook France a payé 5,72 millions d'euros d'impôt sur les bénéfices en 2018

C'est presque trois fois plus que l'année précédente mais Facebook est accusé de combines pour en réduire le montant

Facebook France a payé 5,72 millions d’euros d’impôt sur les bénéfices en 2018. Ce montant a presque triplé sur un an en raison du rapatriement de revenus générés en France auparavant taxés en Irlande. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la filiale française du géant américain a augmenté de 596 % pour s’établir à 389 millions d’euros. A l’échelle mondiale, Facebook avait enregistré un chiffre d’affaires de 55,8 milliards de dollars.

Cette évolution résulte d’une relocalisation en France des revenus publicitaires qui étaient auparavant enregistrés par la holding irlandaise de Facebook. Fin 2017, dans un souci de « transparence », Facebook avait annoncé modifier son organisation afin « que le chiffre d’affaires tiré de la publicité vendue par [ses] équipes locales ne soit plus enregistré par [son] siège international à Dublin, mais soit à la place enregistré par [sa] filiale dans ce pays ».

Une marge nette étrangement faible

Cela « apportera plus de transparence aux gouvernements et aux responsables politiques qui, un peu partout dans le monde, ont appelé à plus de visibilité sur les revenus tirés des ventes dégagées par les équipes locales dans leurs pays respectifs », avait justifié le directeur financier Dave Wehner. Ce changement comptable a pris effet le 1er juillet 2018 et ces activités n’ont donc été comptabilisées que pour le second semestre 2018.

L’année prochaine, Facebook verra en conséquence son imposition française augmenter encore en raison de cette assiette plus large, mais aussi à la suite de l’application sur cette même base de la taxe sur les entreprises du numérique de 3 % adoptée début juillet par le Parlement. Selon La Lettre A, qui a analysé les comptes de Facebook France, cette dernière n’a cependant rapatrié que les revenus générés par les grands comptes et non ceux issus des petits annonceurs. Le quotidien relève également la forte diminution de la marge nette de la filiale, qui passe de 4,2 % en 2017 à 1,5 % en 2018, bien inférieure à celle du groupe (39,6 %).

« Le Californien plombe délibérément la rentabilité de sa filiale en lui faisant supporter de lourdes charges (325 millions d’euros), qui réduisent ses bénéfices à peau de chagrin », a écrit La Lettre A. Contacté, Facebook France n’était pas en mesure de commenter dans l’immédiat. Le bénéfice net de Facebook France s’est élevé en 2018 à 6 millions d’euros.