Le Web fête ses 30 ans: «On a été dépassés par notre création», raconte l'un des pionniers du World Wide Web

INVENTION Le World Wide Web a été créé il y a 30 ans, le 12 mars 1989 au Cern à Genève. « 20 Minutes » revient sur la genèse de cette invention qui a révolutionné notre vie quotidienne et les défis auxquels elle doit faire face aujourd’hui

Hakima Bounemoura

— 

Une jeune fille sur le web.
Une jeune fille sur le web. — Janeb13/Pixabay
  • Le Web a été inventé en 1989 de manière collaborative « à partir d’idées développées par d’autres » dans un idéal d’échange libre et gratuit.
  • Alors que le World Wide Web célèbre ce mardi 12 mars son 30e anniversaire, près de la moitié de la population mondiale, soit plus de 4 milliards de personnes, est aujourd’hui connectées. 
  • 20 Minutes revient avec Jean-François Groff, l’un des pionniers du Web, sur la genèse de cette invention et les défis auxquels elle doit faire face aujourd’hui.

Trente ans déjà… Le World Wide Web (« la toile d’araignée à l’échelle mondiale »), plus communément appelé le Web ou la Toile, célèbre ce mardi 12 mars son 30e anniversaire. Cette invention, qui a révolutionné notre manière de communiquer, a été créée  au Cern à Genève (Conseil européen pour la recherche nucléaire) par l’informaticien britannique Tim Berners-Lee. « C’était le 12 mars 1989 très exactement. A l’origine, c’était une simple proposition écrite, un mémo pour « un système de gestion de l’information », un moyen pour les scientifiques de partager leurs connaissances via un système d’hyperliens », explique à 20 Minutes Valérie Schafer, chargée de recherche au CNRS et professeure d’histoire européenne à l’université du Luxembourg.

« Le World Wide Web [l’une des principales applications d’Internet] est aujourd’hui un formidable outil de partage qui permet d’accéder à toutes les ressources présentes sur Internet et d’échanger des informations dans le monde entier », précise la chercheuse, auteure notamment de La fabrique française d’Internet et du Web dans les années 1990 (INA Editions). En trente ans d’existence, beaucoup de chemin a été parcouru. La démocratisation du Web a considérablement modifié nos comportements, nos rapports humains et l’économie mondiale. 20 Minutes revient sur la genèse de cette invention et les défis auxquels elle doit faire face aujourd’hui avec  Jean-François Groff, l’un des pionniers du Word Wide Web, qui a travaillé aux côtés de Tim Berners-Lee.

« Un outil coopératif, inventé de façon collaborative »

Le Web a été inventé en 1989 de manière collaborative « à partir d’idées développées par d’autres [le TCP, le protocole de transport d’informations d’Arpanet et l’hypertexte] ». « C’est un outil coopératif, conçu de façon collective, dans un idéal d’échange libre et gratuit, rappelle Valérie Schafer. L’initiative de Tim Berners-Lee était complètement désintéressée, cela correspondait à l’esprit de l’époque, d’un monde ouvert à tous, accessible au grand public. » Pour contribuer au développement et à la promotion de son nouvel outil, que certains considèrent comme l’une des inventions majeures du XXe siècle, l’informaticien britannique a été épaulé par l’ingénieur belge Robert Cailliau. Puis par d’autres chercheurs, dont le Français Jean-François Groff, qui a travaillé au Cern de décembre 1990 à octobre 1992.

« J’étais à l’époque un tout jeune ingénieur en télécommunication. Officiellement, je n’étais pas autorisé à travailler avec Tim, mais son projet était tellement passionnant que tous les soirs, je le rejoignais discrètement dans son labo », explique à 20 Minutes Jean-François Groff qui est aujourd’hui considéré comme l’un des pionniers du Word Wide Web. C’est lui qui a notamment conçu la bibliothèque de logiciels de base du Web [code Open Source], qui a ensuite permis à plusieurs équipes d’élaborer des navigateurs et des serveurs accessibles sur les plateformes informatiques.

« Nous avons été complètement dépassés »

« La Toile » s’est ensuite « tissée » à une vitesse exponentielle dans les années 1990. Les services marchands ont vite pris le dessus avec l’arrivée d’Amazon, d’Ebay en 1995 ou de Google en 1998. Puis ça a été l’avènement du Web 2.0 avec Facebook (2004), YouTube (2005) et Twitter (2006). « On a assisté à un enrichissement spectaculaire d’offres de services du Web. Puis les Gafam se sont imposés, créant un système socio-économique mettant en péril la créativité et la diversité du Web », explique Valérie Schafer. « La centralisation du réseau s’est imposée, certains acteurs sont devenus incontournables par leur taille et le nombre de leurs services, regrette Jean-François Groff. Philosophiquement, c’est à l’inverse de ce qu’on prônait à l’origine. »

Mais c’est aussi grâce à ces géants marchands que le Web est rapidement devenu un outil de partage à l’échelle mondiale, indispensable aujourd’hui à plus de la moitié de l’humanité. « Dès le départ, nous avions conscience de cette dimension planétaire. On se rendait bien compte de ce qu’on était en train de faire, qu’on était en train d’écrire l’histoire, et on se demandait même pourquoi cela n’avait pas été fait avant », explique Jean-François Groff. « Après, nous n’avions peut-être pas mesuré tout l’impact que notre création allait avoir sur notre société, sur le monde entier. Nous avons été complètement dépassés par cet outil ».

Trolls, vols de données personnelles, fake news…

Trente ans après, l’utopie des débuts a en effet laissé place à une certaine forme de désillusion. Dark web, cybercriminalité, fake news, vols de données personnelles sur les réseaux sociaux…, beaucoup considèrent que l’esprit initial du Web a été détourné. Dans une tribune publiée le 6 décembre par le New York Times, Tim Berners-Lee constatait lui-même que « le Web avait été détourné par des escrocs et des trolls », se transformant en « une plateforme où la désinformation et la haine se propagent comme des virus ».

Il s’est notamment dit « dévasté » par l’affaire Cambridge Analytica. « Nos données personnelles sont désormais conservées dans des silos propriétaires, loin de nous et nous n’avons plus de contrôle direct sur elles », a-t-il déclaré dans une lettre ouverte, déplorant que des entreprises numériques puissent collaborer avec les gouvernements dans des opérations de surveillance. Engagé dans un combat pour « sauver le Web », il réclame aujourd’hui le lancement d’ un « Contrat pour le Web », basé sur un accès pour tous et le droit fondamental au respect de la vie privée. « Il s’agit d’enclencher une correction à mi-parcours du Web, de changer de rythme, de revenir (…) à la science, aux faits », a-t-il expliqué.

Une initiative à laquelle n’adhère pas Jean-François Groff. « Essayer de rendre le Web meilleur, en tentant de le restructurer avec de nouveaux outils, n'y changera rien ! C’est un problème plus complexe, à la fois social, sociétal, politique, mais pas technique... » Pour l’ingénieur en télécommunication, aujourd’hui consultant en systèmes d’information en réseaux, toutes ces "déviances" du Web ne sont que le revers de la médaille : « Le World Wide Web a rempli toutes ses espérances, et bien plus encore. Notre vision de l’époque, d’un monde connecté, a été réalisée. Il nous faut accepter les bons comme les mauvais côtés. »

A quoi va ressembler Internet en 2025?