Page d'accueil du réseau social Gab
Page d'accueil du réseau social Gab — Capture Gab.com

TUERIE DE PITTSBURGH

Tuerie de Pittsburgh: Repaire de l’extrême droite américaine, le réseau social Gab va fermer

Le fournisseur d’accès à Internet du réseau social a décidé de ne plus l’héberger, après avoir découvert que l’auteur de la tuerie de Pittsburgh y postait régulièrement des messages antisémites…

  • Boycotté par son fournisseur d’accès Internet, le réseau Gab a annoncé qu’il était contraint de fermer ce lundi.
  • L’auteur de la tuerie de Pittsburgh y avait un compte et y postait des messages antisémites.
  • Gab est très prisé des courants d’extrême droite car la modération des propos postés sur le site y est très faible.

Samedi soir, le site Gab a annoncé sur Twitter qu’il allait devoir fermer durant plusieurs semaines. En effet, son fournisseur d’accès Internet Joyent a prévenu le réseau social qu’il cessait de les héberger dès lundi. La décision intervient après que le FBI a dévoilé que l’auteur de la tuerie de Pittsburgh, qui a fait 11 morts et 6 blessés aux Etats-Unis, y publiait régulièrement des messages antisémites.

Dans la biographie du compte de Robert Bowers, désormais fermé, il était notamment écrit : « Les Juifs sont les enfants de Satan », comme le rapporte une capture d'écran du groupe SITE.

Profil de l'auteur de la tuerie de Pittsburgh
Profil de l'auteur de la tuerie de Pittsburgh - Capture Gab.com

Des propos qu’il n’est pas rare de croiser sur Gab.com. Lancé en 2016 sur le même modèle que Twitter, le réseau entend défendre « la liberté d’expression, la liberté individuelle et la libre circulation de l’information en ligne ». « Tout le monde est bienvenu », peut-on lire sur la page d’accueil. Le slogan a rapidement attiré le mouvement d’extrême droite américaine « alt-right ». Le site compte par ailleurs de nombreux utilisateurs interdits ou suspendus d’autres services.

Toujours des messages antisémites sur le site

Suite à l’annonce de Joyent, Gab a déclaré que l’entreprise « désavouait avec véhémence toute forme de violence » et qu’elle avait travaillé avec le FBI afin que « justice soit rendue pour les horribles événements » de Pittsburgh. En revanche, cette dernière n’a absolument pas parlé d’un changement de politique de modération. Gab a simplement assuré chercher une solution pour maintenir la plateforme en ligne.

C’est ainsi que seulement quelques heures seulement après la tuerie, des messages antisémites étaient encore postés sans problème par des membres.

Gab ne changera rien

Joyent n’est pas la seule entreprise à souhaiter rompre ses liens avec Gab, suite au coup de projecteur mis sur la non-modération de l’entreprise. Paypal a décidé d’exclure Gab de ses services de paiement en ligne. Le CTO (directeur de la technologie) de la boîte a quant à lui annoncé sa démission sur Twitter.

Des sanctions qui ne semblent pas pousser les créateurs du réseau à revoir leur politique. « Nous n’abandonnerons jamais la défense de la liberté d’expression pour tous », ont-ils écrit dans leur tweet.