#CeQuiEstBrutal… La «formule» envisagée par Macron sur «la PMA pour tous» a du mal à passer…

BIOETHIQUE L’entourage du chef de l'Etat a expliqué que ce dernier ne voulait pas « brutaliser les consciences » sur les sujets concernant le projet de loi bioéthique…

H. B.

— 

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron ne veut pas « brutaliser les consciences » sur les sujets concernant le projet de loi bioéthique.
Le chef de l'Etat Emmanuel Macron ne veut pas « brutaliser les consciences » sur les sujets concernant le projet de loi bioéthique. — LUDOVIC MARIN / AFP

Il pensait avoir trouvé la formule pour « apaiser les consciences »… Dans un article publié ce dimanche dans le JDD, des proches  du président Emmanuel Macron ont expliqué que ce dernier ne veut pas « brutaliser les consciences » sur les sujets concernant le projet de loi bioéthique, notamment « la PMA pour tous ».

« Sur ces sujets plus intimes, ne comptez pas sur moi pour passer à la hussarde, il n’est pas question de brutaliser les consciences. On ne gagne jamais à passer en force », aurait dit en substance le chef de l’Etat.

« Mais de qui se moque-t-on ? »

Emmanuel Macron souhaiterait en effet ne pas réitérer l’une des erreurs commises par le quinquennat Hollande, qui selon lui, avait « ignoré » et « humilié » une « partie du pays » dans le cadre des débats sur le mariage pour tous. Le chef de l’Etat envisagerait donc la création d’un groupe de travail parlementaire en amont de la présentation du projet de loi bioéthique pour s’assurer d’un « débat apaisé ».

Le JDD explique que si ce groupe de travail voyait le jour, « il serait chargé d’auditionner toutes les parties prenantes du débat bioéthique, instances religieuses comprises ». Pour certains, le fait d’évoquer la possible création d’une telle instance apparaît comme un moyen de ménager les opposants à la PMA pour tous. « Enième commission envisagée sur la réforme des lois bioéthiques : mais de qui se moque-t-on ? A quoi il sert le CCNE !!! », a tweeté l’avocate Caroline Mécary.

Le hashtag #CeQuiEstBrutal en tête des « trending topics »

Il n’en fallait pas plus pour faire réagir les internautes qui ont lancé ce dimanche le hashtag #CeQuiEstBrutal, en réponse à la formule « ne pas brutaliser les consciences ». Le hashtag s’est rapidement placé en tête des « trending topics ». « #CeQuiEstBrutal, c’est cette envie irrépressible d’être mère, de savoir que notre bébé arriverait dans un vrai cocon d’amour si seulement on arrêtait de donner de l’importance à une poignée de personnes malveillantes », a tweeté une internaute.

« #CeQuiEstBrutal, c’est d’injurier et taper avec les autres gamins de ta classe le seul gay de CM2 parce que « tout le monde le fait », que c’est « drôle », « bien fait pour lui », et parce que tu crèves de trouille à l’idée que les autres découvrent que tu partages le même secret », a également tweeté le médecin et romancier Baptiste Beaulieu.

« Emmanuel Macron ne veut pas « brutaliser les consciences ». Et la brutalité contre les corps des femmes obligées à des démarches douloureuses pour avoir des enfants ? Et la brutalité des agressions contre les LGBT qui augmenteront encore avec ces débats ? », a lancé la militante lesbienne et féministe Alice Coffin, interpellant directement le président de la République sur Twitter.