Montpellier: Expulsé des cours de récré, le portable est pourtant utilisé en support de cours

RENTREE SCOLAIRE Persona non grata au collège cette année, le portable peut être pourtant un excellent support au cours. A Montpellier, les 6e du collège Camille-Claudel en ont fait l’expérience...

Jerome Diesnis

— 

Les sixièmes du collège Camille à la découverte de la faune et la flore... grâce au portable
Les sixièmes du collège Camille à la découverte de la faune et la flore... grâce au portable — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Depuis la rentrée scolaire, les portables allumés sont interdits dans l’enceinte des collèges.
  • Au collège Camille-Claudel de Montpellier, les professeurs ont montré lors de la journée d’intégration des 6e son utilité en support des cours pour apprendre en s’amusant.
  • L’application Biodiv go, développée par la société montpelliéraine Eneo pour une découverte divertissante de la biodiversité, a servi de support à cette expérience à laquelle les élèves ont globalement adhéré.

« On apprend des choses en jouant, on trouve ça vraiment bien. Je vais demander à mes parents de l’installer sur leur téléphone. » Comme Rihane, Léna et Samuel, l’ensemble des élèves de 6e du collège Camille-Claudel ont traqué mardi la faune et la flore du zoo du Lunaret pour leur journée d’intégration. Un contre-pied à l’interdiction du portable, persona non grata dans les cours de récré depuis cette rentrée.

« Pouvoir utiliser une application dans un domaine pédagogique, dans un lieu précis et une durée précise nous intéressait. C’est un excellent support pour apprendre en s’amusant, souligne le professeur de SVT Julien Heintz. Une façon de faire comprendre aux élèves qu’ils peuvent utiliser intelligemment un outil multimédia. »

Sensibiliser à l’environnement

Sur leurs portables, une application développée par la start-up montpelliéraine Eneo. Biodiv Go est gratuite et consacrée à la découverte de la biodiversité en s’amusant. « On propose un défi géolocalisé aux joueurs. En fonction de l’endroit où ils se trouvent, on leur donne la possibilité de découvrir une espèce », évoque Charles Moszkowicz, l’un de ses deux créateurs avec Jean-Charles Simonin.

La motivation de ces deux ingénieurs agronomes de formation ? Préserver la nature et sensibiliser le plus grand nombre à l’environnement. Avec un mode d’emploi très simple, proche du fameux jeu Pokemon. « Une photo prise par le joueur valide [ou non] la découverte. Un quiz permet d’approfondir ses connaissances. On gagne des points et on progresse dans le jeu avec d’autres espèces. »

Les élèves ont visiblement adhéré. « L’application amène un côté ludique et interactif, note Julien Heintz. Toutes les découvertes seront réintroduites et travaillées en classe. »

>> A lire aussi : Biodiv Go, ils lancent un Pokemon Go au service de la biodiversité