Cyber-harcelé(e)s: «C’était tellement violent ce qui se passait, à cet instant-là, pour moi, tout était foutu»

PRIS POUR CIBLE Mégane, militante féministe, 26 ans, a été la cible en août 2016 d’une communauté de fans d’un auteur de BD qu’elle avait critiqué sur Facebook…

Propos recueillis par Helene Sergent

— 

Le procès de Mégane contre l'auteur de BD Marsault doit se tenir le 7 décembre prochain.
Le procès de Mégane contre l'auteur de BD Marsault doit se tenir le 7 décembre prochain. — W.Lee/AP/SIPA
  • Freelance en informatique, Mégane s’est réjouie sur son compte Facebook de la suppression de la page officielle de Marsault, un auteur de BD publié chez Ring.
  • Très suivi sur les réseaux sociaux, Marsault aurait accusé Mégane d’être à l’origine de la suppression de sa page et a invité ses fans à envoyer « 3-4 messages » à la jeune femme.
  • Elle a reçu 1.300 messages privés, d’innombrables insultes et menaces de mort et a déposé plainte. Une audience doit se tenir courant 2019 au tribunal de Créteil.

Voici l’histoire de Mégane*. Son témoignage inaugure notre série « Pris pour cible » sur les persécutions en ligne. A travers ces expériences individuelles,
20 Minutes souhaite explorer toutes les formes de harcèlement en ligne qui, parfois, détruisent des vies. Chaque semaine, nous illustrerons, à l’aide d’un témoignage, une expression de la cyber-violence. Si vous avez été victime de cyber-harcèlement, écrivez-nous à lbeaudonnet@20minutes.fr, hsergent@20minutes.fr ou hbounemoura@20minutes.fr.

« Ça a été assez impressionnant, tout est arrivé d’un coup. Je jouais sur mon ordinateur quand j’ai reçu un SMS d’une amie me disant qu’il se passait quelque chose de bizarre sur mon profil Facebook. Quelques heures plus tôt j’avais posté sur mon profil un message dans lequel je réagissais à la suppression de la page Facebook d’ un auteur « trash » de BD, Marsault**. J’avais écrit « Hahaha dans ta gueule », accompagné de la capture d’écran de sa page devenue introuvable.

1.300 messages privés

Des dizaines et des dizaines de personnes ont commenté mon message, elles « aimaient » mutuellement leurs commentaires et certains avaient plus de 300 « j’aime ». Sur le coup, j’ai pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait. Plus tard, j’ai appris que cet auteur avait posté un message sur sa page Facebook de secours, « Marsault 2 », dans lequel il m’accusait d’être à l’origine de la suppression de sa page officielle. Sauf que j’ai jamais signalé son contenu. A cette époque il avait 220.000 abonnés et voilà ce qu’il leur a écrit :

« La question est donc la suivante : Quand on affiche une connasse hystérique qui se vante d’anéantir une communauté de 220.000 personnes, on est misogyne ? Bien joué Mégane, félicitations pour ton acharnement et bonne soirée. (Tu vas peut-être recevoir 3-4 messages…) »

Capture d'écran du message envoyé par le dessinateur à ses fans.
Capture d'écran du message envoyé par le dessinateur à ses fans. - Facebook

Au total, j’ai reçu 1.300 messages privés qui disaient que « je n’étais pas Charlie », que je ne respectais pas la liberté d’expression, que j’étais une connasse d’avoir fait supprimer sa page Facebook.

J’ai eu droit à des surnoms comme « la sœur Kouachi », on me revoyait à mes origines égyptiennes, on m’a menacé de « m’exciser », j’ai reçu tout ce qui était possible de recevoir, des appels au meurtre, au viol.

J’ai réveillé mon copain qui dormait à côté de moi, j’étais complètement paniquée, je lui ai demandé de me retenir pour ne pas me jeter par la fenêtre. C’était tellement violent ce qui se passait, à cet instant-là, pour moi, tout était foutu. J’ai passé la main à une amie, je lui ai donné mes codes et elle a sécurisé mon profil Facebook. Je savais le faire, mais j’étais trop à l’ouest.

Montage de commentaires reçus par Mégane après l'appel lancé par le dessinateur Marsault à ses fans en août 2016.
Montage de commentaires reçus par Mégane après l'appel lancé par le dessinateur Marsault à ses fans en août 2016. - DR

Besoin de déposer plainte, pour laisser une trace

C’est en sécurisant mon profil qu’on a pu remonter le fil du « raid » qui me visait et c’est là qu’on a constaté que mon message avait été posté par Marsault lui-même sur sa 2e page. Il avait été repris par un bar aussi que je fréquentais à l’époque, par des gens que je connaissais de près ou de loin. Je n’ai pas pu compter les commentaires ou les messages envoyés sur le forum «blabla 18-25» de jeuxvideos.com, sur les sites d’extrême droite, mais c’était massif. J’ai écrit à Facebook mais j’ai jamais eu de retour de leur part et il s’est écoulé 48 à 72h avant que le post ne soit finalement supprimé. Ça avait déjà fait le tour de la toile.

Je suis allée voir la police au lendemain des faits, le 8 août 2016 mais ça n’a servi à rien. On m’a dit que ça ne méritait pas une plainte, que je n’avais qu’à fermer mon compte, que je n’avais pas à publier des informations me concernant. Moi, naïvement à ce moment-là, j’avais besoin de cette plainte, pour laisser une trace. S’il arrivait quelque chose, je me disais qu’on verrait que j’étais allée au commissariat quand même. J’ai fait ma déposition, et je n’ai jamais eu de nouvelle de cette plainte.

Cette histoire, ça m’a explosé

A l’époque, j’étais free-lance en informatique, j’avais du boulot. Cette histoire, ça m’a explosé. J’ai arrêté de bosser. J’étais terrifiée à l’idée que les contrats qu’on me proposait venaient de harceleurs qui voulaient me retrouver. Je suis rentrée dans une phase un peu dissociative, j’ai mis longtemps à assimiler ce qui s’était passé. J’ai arrêté de sortir aussi, je me suis renfermée. J’ai perdu des amis dans cette affaire, je ne faisais plus confiance.

J’ai fait deux tentatives de suicide. C’était plus possible de me laisser seule, je suis tombée dans un cercle vicieux, je me shootais aux médocs, les trois quarts du temps j’étais pas vraiment là, je buvais beaucoup. J’ai été admise une semaine à Sainte-Anne et c’est à partir de ce moment que je me suis dit que je devais voir une avocate et déposer une « vraie » plainte. C’est ce que j’ai fait avec l’aide de collectifs féministes, dont le collectif « féministes contre le cyber-harcèlement ».

J’ai toujours l’impression qu’on a tendance à minimiser les actions des cyberharceleurs en mettant tout sur le compte d’un coup de folie, en disant « ils sont tarés ». Mais c’est faux.

Mes harceleurs, majoritairement des hommes, étaient adultes, avec des jobs, je me souviens qu’il y avait un pigiste, un type qui bossait à Auchan, un infographiste, bref des gens de tous les jours, insérés.

Internet, c’était « mon » espace

A aucun moment je n’ai voulu supprimer mes profils en ligne. J’étais catégorique là-dessus. Je refusais de croire que je n’avais pas ma place sur les réseaux sociaux. J’ai toujours été sur Internet, sur un ordinateur, pour mes activités militantes mais aussi parce que c’est mon métier. C’est mon espace. Toute ma vie s’est faite à travers Internet, je ne me voyais pas partir, je voulais pas qu’on me jette hors de mon espace.

J’ai déposé une nouvelle plainte avec l’aide de mon avocate en octobre 2016. Il y a eu une enquête, j’ai été entendue et le procès doit se tenir dans le courant l’année 2019.

Cette affaire, ça a aussi renforcé mon militantisme, je m’implique encore plus, en infiltrant certains réseaux, en aiguillant d’autres victimes. J’ai rencontré des gens extraordinaires, certains sont devenus depuis des amis très proches. Ça m’a permis de faire un nettoyage aussi dans mon entourage, je suis moins naïve aujourd’hui ».

Retrouvez tous les épisodes de la série, ici.

Le prénom a été modifié 

** Contacté, Marsault n'a pas souhaité réagir à nos sollicitations