Test Huawei P20 Pro: Est-ce vraiment le meilleur smartphone pour la photo?

SMARTPHONE Lancé comme le smartphone de la « renaissance » en photo, le Huawei P20 Pro tient-il toutes ses promesses ? « 20 Minutes » l’a confronté à différents types de prises de vues pour le vérifier…

Christophe Séfrin

— 

Le Huawei P20 Pro se revendique comme l'un des meilleurs photophones du moment.
Le Huawei P20 Pro se revendique comme l'un des meilleurs photophones du moment. — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
  • Le Huawei P20 Pro est le premier smartphone à intégrer 4 capteurs photo, dont 3 estampillés Leica.
  • Huawei vante son photophone comme le smartphone de la « renaissance en photo ».
  • Paysages, basse lumière, selfies et nourriture : « 20 Minutes » l’a confronté à des prises de vue bien concrètes pour le vérifier.

Equipé de quatre capteurs photo*, le P20 Pro de Huawei prétend apporter une « renaissance dans la photo ». Face à une concurrence où les iPhone X, Samsung Galaxy S9, LG G6 ou HTC U11 parviennent à des prouesses en prises de vues, le nouveau smartphone haut de gamme du géant chinois réussit-il à rebattre les cartes ? 20 Minutes l’a soumis à quelques cas d’école.

Paysages : gare aux dérives colorimétriques

Incontestablement, le P20 Pro est le champion du détail. Les prises de vues de paysages que nous avons réalisées avec lui sont toutes lumineuses et fines, même lorsque l’on zoome.

Le système d’intelligence artificielle embarquée se met instantanément en œuvre lors de la visée et reconnaît la scène que l’on s’apprête à photographier : « Verdure », « Ciel bleu »… Dès lors, les réglages seront optimisés. Si l’on veut photographier la mer, une ligne d’horizon apparaît instantanément à l’écran.

Le P20 Pro immortalise de beaux paysages mais avec quelques dérives colorimétriques.
Le P20 Pro immortalise de beaux paysages mais avec quelques dérives colorimétriques. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

Il n’y a qu’à s’y référer pour prendre une photo « droite ». Bémol cependant : on note quelques dérives colorimétriques avec des photos pouvant « tirer » vers le bleu. Et pas seulement lorsque l’on photographie la mer…

Basse lumière : on tient un champion !

Le P20 Pro se prend pour un véritable appareil photo numérique. Testé en intérieur, mais aussi lors de concerts, dans des conditions de lumière particulièrement difficiles et sans trépied, le smartphone surprend par sa capacité à livrer des photos nettes.

En basse lumière, des photos nettes et détaillées, même à main levée. Ici, Bernard Lavilliers, sur la scène du Zénith d'Amiens.
En basse lumière, des photos nettes et détaillées, même à main levée. Ici, Bernard Lavilliers, sur la scène du Zénith d'Amiens. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

Outre des détails très marqués, on constate la quasi-absence de « bruit » photo. Une sacrée différence avec l’iPhone X, qui, sur ce terrain-là, reste loin derrière.

Pas de pixellisation dans des conditions de lumière difficiles. Ici, Meute, sur la scène de l'EMB Sannois.
Pas de pixellisation dans des conditions de lumière difficiles. Ici, Meute, sur la scène de l'EMB Sannois. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

Restituant un bon équilibre colorimétrique, le P20 Pro tire définitivement parti de sa combinaison de capteurs et de ses logiciels de traitement d’image.

Selfies : un vrai remède antirides

Le capteur frontal de 24 mégapixels du Huawei P20 Pro réalise un travail soigné. Ici, pas besoin de logiciel anti-veillissement pour ses selfies : le smartphone lisse les chairs. Beaucoup trop d’ailleurs. Passe sur quelques ridules au coin des yeux légèrement estompées : le P20 Pro se prend pour Photoshop et nous déleste en un appui sur son déclencheur d’au moins une dizaine d’années…

Des selfies soignés, mais des chairs trop lissées, qui cachent un peu trop généreusement le passage des années...
Des selfies soignés, mais des chairs trop lissées, qui cachent un peu trop généreusement le passage des années... - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

C’est flatteur, mais le résultat manque parfois de naturel. Si l’on utilise le mode Portrait avec effet Bokeh (flou à l’arrière du sujet), le smartphone peine encore à parfaitement détourer les cheveux, voire les lunettes du sujet, créant parfois des zones de flou artificiel.

Nourriture : miam, ça donne faim !

Lorsque l’on braque le P20 Pro sur une assiette, le smartphone détecte automatiquement que l’on veut prendre la photo d’un plat. Là encore, l’intelligence artificielle embarquée entre en fonction et va agir sur les réglages… pour mettre les petits plats dans l’écran.

L'intelligence artificielle embarquée détecte 19 scène types, dont Nourriture.
L'intelligence artificielle embarquée détecte 19 scène types, dont Nourriture. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

A l’arrivée, les clichés réalisés sont… appétissants. Les couleurs sont saturées juste ce qu’il faut, et les reflets un peu accentués des mets photographiés ajoutent à la saveur de l’image.

Bilan : le P20 Pro est-il le meilleur ?

Selon nos essais, le P20 Pro de Huawei est sans aucun doute l’un des meilleurs photophones de ce début d’année. Avec son partenaire Leica, le constructeur chinois se donne incontestablement les moyens de ses ambitions, mais selon le type de prises de vues effectuées, quelques dérives ou excès restent à corriger. Notons par ailleurs que le Galaxy S9 Plus de Samsung le terrasse avec la rapidité de son autofocus, ou que l’iPhone X d’Apple réussit malgré tout des prises de vues souvent plus naturelles. Pour l’heure, c’est certainement sur le terrain de la photo en basse lumière qu’il excelle et que le P20 Pro domine tous ses adversaires.

* Un capteur RGB de 40 mégapixels (f/1.6), un capteur monochrome de 20 mégapixels (f/1.6) et une optique de 8 mégapixels dite « telephoto lens » (f/2.4). Plus un capteur de 24 mégapixels (f/2.0) pour les selfies.