Sur Twitter, Donald Trump s’en prend au FBI pour rattraper sa communication

ETATS-UNIS Le président américain est critiqué pour sa réaction à la fusillade dans un lycée en Floride mercredi…

O. P.-V. (avec AFP)

— 

Donald Trump s'exprime depuis la Maison Blanche le 15 février 2018, au lendemain d'une fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Floride.
Donald Trump s'exprime depuis la Maison Blanche le 15 février 2018, au lendemain d'une fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Floride. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

Donald Trump est en zone de turbulences, et comme souvent dans ces cas-là, Twitter lui sert à se justifier depuis cette nuit. Le président des Etats-Unis est attaqué par ses opposants depuis la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Floride le 14 février.

Dans une allocution solennelle le lendemain de l’attaque, le milliardaire républicain avait insisté sur les problèmes mentaux de l’auteur de la tuerie, ne disant rien sur le droit de posséder une arme garanti par le deuxième amendement de la Constitution, ni sur les armes semi-automatiques comme l’AR-15 utilisé par le tireur de Floride.

Le discours d’une lycéenne contre la NRA

Or une vidéo est particulièrement virale depuis samedi : on y voit une lycéenne de 18 ans, survivante de la fusillade en Floride, interpellant le président américain sur ses liens avec le principal lobby américain des armes à feu, la National Rifle Association (NRA).

« À tous les hommes politiques ayant reçu des dons de la NRA, honte à vous », a crié Emma Gonzalez, lors d’un rassemblement contre les armes à Fort Lauderdale, après avoir fustigé Donald Trump pour avoir reçu le soutien financier du puissant groupe pendant la campagne présidentielle de 2016.

>> A lire aussi : Tuerie dans un lycée en Floride: «Qu'est-ce qui va changer après ça? Rien»

Sur Twitter donc, le président a contre-attaqué en tapant samedi soir sur le FBI, l’accusant de s’être plus intéressé à l’enquête sur les interférences russes dans l’élection présidentielle qu’aux signaux alarmants sur le tireur de Floride.

« Vraiment dommage que le FBI ait manqué tous les signaux envoyés par le tireur de l’école de Floride. Ce n’est pas acceptable », a-t-il tweeté. « Ils passent trop de temps à essayer de prouver la collusion russe avec la campagne Trump - il n’y a pas de collusion. Revenez-en aux bases et rendez-nous tous fiers de vous ! », a-t-il ajouté, alors même que ce n’est plus le FBI qui dirige l’enquête sur l’affaire russe depuis mai dernier.

Une salve de tweets sur la Russie ce dimanche

Car dans le même temps, le milliardaire a vu l’affaire de l’ingérence russe durant la campagne présidentielle 2016 revenir dans l’actualité. La justice américaine a inculpé vendredi treize Russes et trois entités russes pour ingérence dans les élections et le processus politique américain.

>> A lire aussi : Affaire russe: Qui sont les treize Russes inculpés par les Etats-Unis ?

Dénonçant les commissions, enquêtes et « haine entre partis » provoqués par cette affaire, Donald Trump a affirmé dimanche au réveil, sur Twitter, que Moscou avait « réussi au-delà de ses rêves les plus fous » si son intention était bien de « semer la discorde, le désordre et le chaos aux Etats-Unis ». « Ils sont morts de rire à Moscou. Réveille-toi l’Amérique ! », a poursuivi le président américain au petit matin dans une nouvelle salve de tweets.

« Fake news de la part de ces losers de CNN »

Mais aucun tweet au sujet de la fusillade, ni de rebond sur la vidéo très partagée de la lycéenne en Floride. Au lieu de ça, Donald Trump a écrit que n’avoir « jamais dit que la Russie ne s’était pas mêlée de l’élection, j’ai dit "c’est peut-être la Russie, ou la Chine ou un autre pays ou groupe, ou ça peut être un génie de 180 kilos assis dans son lit et jouant avec son ordinateur." Le "mensonge" russe, c’était que l’équipe de campagne de Trump avait été complice de la Russie - Elle ne l’a jamais été ! ».

Et il a retweeté un dessin se moquant de la chaîne CNN qui chercherait en vain des preuves de collusion entre la Russie et Donald Trump. « Fake news de la part de ces losers de CNN », a-t-il commenté.