VIDEO. Marseille: Un dispositif pour lutter contre le cyber-harcèlement primé à Las Vegas

INNOVATION La société Iprotego propose la solution Family Web Care pour protéger les plus jeunes du cyber-harcèlement grâce à une interface simple…

Adrien Max

— 

Ludovic Broyer, à gauche, lors de la remise de prix à Las Vegas.
Ludovic Broyer, à gauche, lors de la remise de prix à Las Vegas. — Iprotego
  • La société Iprotego va proposer une solution pour lutter contre le cyber-harcèlement de manière simple et efficace.
  • Grâce à un simple bouton Stop harcèlement, l’utilisateur peut supprimer des photos ou posts sur des réseaux sociaux, supprimer des comptes, et prévenir les autorités compétentes.

Près de 50 % des enfants ont déjà été victimes de cyber-harcèlement. Avec la multiplication des réseaux sociaux, rares sont les personnes qui ont pu échapper à une usurpation d’identité sur internet, au hackage d’un de leur réseau social, ou au piratage de leurs données.

La société Iprotego, basée à Marseille, s’est spécialisée dans la protection des données sur Internet et dans la e-réputation. Ludovic Broyer, son fondateur, rentre tout juste de Las Vegas, où il a présenté son nouveau service au Consummer Electronic Show (CES) : Family Web Care.

>> A lire aussi : Nadia Daam menacée sur jeuxvidéo.com: Les trolls antiféministes sont-ils au-dessus des lois?

« Le contrôle parental ne sert à rien »

Family Web Care est un outil en ligne à destination des enfants, des ados ou des parents. « On part d’un constat simple, le contrôle parental ne sert à rien. Les enfants peuvent se servir du téléphone d’un ami au collège, d’une tablette chez un copain. En plus de ça, les parents sont assez souvent largués sur les utilisations de leur progéniture, et se disent souvent " s’il arrive un pépin, je fais comment " », explique Ludovic Broyer.

Surtout, il y a une vraie nécessité alors qu’à peine 10 % des enfants victimes de cyber-harcèlement en parlent à leurs parents. L’interface Family Web Care offre une multitude de possibilités. « En plus de tutoriels assez basiques, un outil permet d’accéder aux paramètres de confidentialité très facilement, de supprimer tous les contenus qui posent problème, de supprimer tout simplement les comptes et de signaler le problème aux autorités », détaille le chef d’entreprise.

>> A lire aussi : Strasbourg: Des photos intimes d'une cinquantaine d'adolescentes divulguées sur Snapchat

Partenariats avec des grands groupes

Un simple bouton rouge « stop harcèlement », permet de déclencher la procédure en toute simplicité, tout cela peut être fait directement par l’enfant ou l’adolescent, sans ses parents.

Une solution qui a permis à Iprotego et Ludovic Broyer de remporter le prix de « l’entreprise du XXIe siècle » lors du CES. « Un titre surtout honorifique mais les Américains sont vraiment très intéressés, le cyber harcèlement est un gros problème chez eux et ils ne savent pas comment le gérer », explique-t-il. Le business plan doit encore être peaufiné dans les semaines à venir, mais Ludovic Broyer compte s’appuyer sur des partenaires.

Il a déjà pu nouer des partenariats avec de grands groupes comme Orange, Groupama ou Boursorama pour Oscultéo, une autre solution que Iprotego commercialise. Elle permet de contrôler sa e-reputation, autre enjeu de nos jours. Si des informations malveillantes ou des données privées apparaissent sur Internet, Ludovic Broyer les efface grâce à Oscultéo.

>> A lire aussi : Twitter serre la vis et lance un ultimatum aux propriétaires de comptes haineux

50 à 100 euros par page

« Nous permettons aux particuliers d’effacer telle ou telle page pour un prix allant de 50 à 100 euros par page. En général le problème est sur une seule page, ou deux, ce qui reste accessible pour la majorité des gens », détaille le chef d’entreprise.

Si Oscultéo est disponible sur Internet depuis 2014, Family Web Care devrait arriver tout prochainement. « Si nous devons créer 3 millions de comptes nous sommes prêts, il reste juste quelques détails. On ne veut pas tarder parce qu’après l’avoir présenté au CES les suiveurs vont vite arriver », prévient-il.