#SansMoi: Des entreprises détournent le Black Friday en Green Friday

ECONOMIE Le réseau d’entreprises Envie a pris le contre-pied du Black Friday pour mettre en avant des initiatives citoyennes…

O. P.-V.

— 

Le Green Friday par le réseau Envie, le 24 novembre 2017.
Le Green Friday par le réseau Envie, le 24 novembre 2017. — Envie/capture d'écran

« On se voit comme des lanceurs d’alerte pour des modes de consommation plus responsables », explique Catherine Gomy, déléguée générale de la fédération Envie. Le réseau d’entreprises spécialisé dans l’économie sociale a tenté un coup en ce vendredi de Black Friday, grand-messe de la consommation venue des Etats-Unis : faire plutôt un « Green Friday », afin de « partager d’autres logiques d’achat et de recyclage avec des clients-citoyens ».

Un hashtag dédié a été mis en avant sur les réseaux sociaux, #GreenFriday, pour promouvoir l’initiative, dont l’objectif est d’alerter sur la surconsommation, notamment des produits électroménagers, « le cœur habituel du Black Friday », précise Catherine Gomy pour expliquer le clin d’œil.

« Des lieux d’échange pour expliquer comment améliorer la durée de vie d’un appareil »

Le réseau Envie organise par exemple des opérations spécifiques pour sensibiliser à la question : « À Trappes où je me trouve, on a mis en place une laverie solidaire jusqu’à samedi. À Lyon, nous offrons des bons d’extension de garantie à vie, et à Orléans, nous aidons au diagnostic matériel », détaille la déléguée générale.

Envie récupère environ un tiers des appareils électroménagers collectés dans l’Hexagone. Ce Black Friday lui donne la possibilité de mettre en avant son savoir-faire : « C’est la première édition du Green Friday, mais nous sensibilisons depuis trente-deux ans à la consommation responsable. Depuis le lancement, il y a beaucoup de questions des visiteurs, nos ateliers deviennent des lieux d’échange pour expliquer comment améliorer la durée de vie d’un appareil ou savoir comment le recycler. Par exemple, nous avons besoin de cinq vieilles machines à laver pour en faire une en état d’usage. »

>> A lire aussi : «Black Friday»: Les autorités mettent en garde contre les risques d'arnaques sur Internet

« Aujourd’hui, pour le Black Friday, NOUS NE VENDONS RIEN, VOUS N’ACHETEZ RIEN »

Spécialisée dans les meubles, l’entreprise Camif participe également et a fait la promotion du Green Friday en ligne, en partenariat avec l’association Emmaus. Sa position est encore plus radicale : « Aujourd’hui, pour le Black Friday, le site camif.fr est fermé, NOUS NE VENDONS RIEN, VOUS N’ACHETEZ RIEN », indique l’enseigne.

« « D’un côté, 15.000 scientifiques nous confirment que nous n’avons que trois ans pour changer de modèle et éviter la catastrophe, et de l’autre, on se retrouve submergé d’offres promotionnelles. Nous sommes sur le Titanic : on va dans le mur, mais on continue de faire la fête », explique son PDG à Reporterre.

Sur les réseaux sociaux, le Green Friday a été plutôt soutenu comme alternative. L’association Zero Waste France a également lancé un évènement sur Facebook, « le Black Friday, ce sera sans moi », avec mot-dièse dédié, #SansMoi, qui a également été utilisé pour dénoncer l’opération commerciale importée des Etats-Unis.