Comment Cdiscount fait de Bordeaux son terrain d'expériences en matière de livraison

E-COMMERCE Le géant français du e-commerce, basé à Bordeaux, vient de lancer plusieurs nouveautés en matière de livraison de ses produits, notamment en préparation du « Black Friday », ce vendredi...

Mickaël Bosredon

— 

L'entrepôt CDiscount de Cestas en Gironde.
L'entrepôt CDiscount de Cestas en Gironde. — JEAN-PIERRE MULLER / AFP
  • Cdiscount espère battre un record de commandes pour le « Black Friday » ce vendredi.
  • En cette période de fin d'année, l'entreprise bordelaise triple ses effectifs dans son entrepôt de Cestas.
  • Elle rivalise par ailleurs d'innovations en tout genre en matière de livraison des colis.

Le « Black Friday », qui a lieu ce vendredi, est devenu l’événement de l’année le plus important pour le géant du e-commerce français Cdiscount, basé à Bordeaux. « C’est une journée gigantesque en terme de commandes, et cette année nous visons de battre notre record historique » nous confie Pierre-Yves Escarpit, directeur des opérations de l’entreprise.

>> A lire aussi : Chine: Plusieurs dizaines de milliards d'euros dépensés sur Internet pour le «Jour des célibataires»

Au-delà de cette journée, le « Black Friday » marque pour Cdiscount le lancement d’une semaine complète de folie. « On enchaîne lundi avec le Cyber Monday, et à partir de mardi c’est le véritable top départ des achats de Noël. Depuis 5-6 ans, le démarrage de Noël est repoussé, car les internautes font de plus en plus confiance aux sites pour les livraisons. »

Quelque 10 millions de colis expédiés en novembre et décembre

Cdiscount avait ainsi réalisé plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires lors de la même semaine l’an passé. « Et sur un chiffre de 3 milliards d’euros par an, 30 % est réalisé sur les deux derniers mois de l’année » poursuit Pierre-Yves Escarpit. Deux mois pendant lesquels l’entreprise triple ses effectifs sur son gigantesque dépôt de Cestas au sud de la Gironde. Elle embauche ainsi 2.500 intérimaires supplémentaires, pour traiter les quelque 10 millions de colis qui seront expédiés lors des mois de novembre et décembre, « avec un pic le jour du Black Friday. »

>> A lire aussi : Pour Noël, Amazon va embaucher plus de 7.500 personnes

Dans ce contexte, la livraison est devenue le véritable nerf de la guerre commerciale. Et en s’associant avec des géants du secteur comme Chronopost, des start-up locales ou des laboratoires de recherche, Cdiscount entend anticiper l’évolution des comportements des clients en la matière. « L’enjeu, c’est la rapidité et le sur-mesure » explique Pierre-Yves Escarpit.

Livraison possible le dimanche 24 décembre

Cette année, les clients résidant en Ile-de-France et dans les 14 plus grandes villes françaises pourront ainsi commander leurs cadeaux de Noël… jusqu’au samedi 23 décembre 14 h, pour une livraison assurée au pied du sapin le lendemain dimanche.

>> A lire aussi : Colis: Quelles sont les villes où Chronopost livre le dimanche?

Depuis le 19 novembre, Cdiscount a en effet généralisé à toute l’Ile-de-France et à quatorze grandes villes françaises, dont Bordeaux, la livraison dominicale des petits colis (moins de 30 kilos) avec son partenaire Chronopost, après une période de test d’un an sur Paris et les Hauts-de-Seine. « Quelque 50 % de la population française est ainsi touchée. » Jusqu’ici, Cdiscount ne livrait le dimanche que les gros colis (télé, réfrigérateurs…), et uniquement sur Paris, Lyon et Marseille, via sa filiale C Chez Vous (groupe Casino).

Livraison le jour même de sa commande à Bordeaux et Paris

Cdiscount propose aussi depuis peu la livraison dans la journée, sur Bordeaux et Paris. En commandant jusqu’à 14 h, vous pouvez être ainsi livré entre 19 h et 22 h chez vous. « On se base sur notre entrepôt de Cestas pour pouvoir livrer sur Bordeaux, et on a profité de la LGV qui met Paris à 2 h de Bordeaux pour livrer aussi dans la capitale dans la journée. Désormais, un autre de nos entrepôts, à Réault (Sein-et-Marne) est aussi en mesure de préparer des commandes dans la journée pour Paris. »

>> A lire aussi : Cdiscount: 20 % des ventes annuelles de crus pendant la foire aux vins

Toujours dans cette optique de raccourcir les délais, l’entreprise bordelaise a passé un partenariat avec le groupe Bolloré pour se servir des Autolib' à Paris comme moyens de livraison. « On utilise les voitures qui partent en maintenance pour les charger de colis sur leur trajet retour, et desservir jusqu’à 300 stations qui sont éligibles. On teste cela depuis un an et demi, et l’idée est de l’étendre à d’autres villes, comme Bordeaux où Bolloré est aussi présent. »

Et bientôt le drone

La livraison par drone est bien entendu aussi un sujet en réflexion chez Cdiscount. « On ne parle pas de livraison sur le balcon, mais sur une plateforme où l’on viendrait retirer son colis. L’idée est que le colis arrive sur place en trente minutes depuis notre entrepôt, pour que le client puisse le récupérer 1 h après sa commande. »

>> A lire aussi : Dans le Var, se faire livrer ses colis par drone, c'est désormais possible (et c'est une première mondiale) !

L’expérimentation se fera prochainement à Bordeaux, via le projet Pelican (Projet d’Etude de Livraison de Colis Aérien en Nouvelle-Aquitaine), en partenariat avec Thalès et Air Marine. « Via le cluster drones de la région Nouvelle-Aquitaine, l’idée est de créer à Bordeaux un écosystème du transport et de la livraison par drone. »

Une appli qui géolocalise votre livreur

La rapidité de la livraison est une chose. La qualité importe aussi. C’est ainsi que Cdiscount va déployer un projet de livraison géolocalisée en temps réel, développé avec une start-up israélienne, Bringg. Testé à Bordeaux en juin et juillet dernier, cette application permet au client d’interagir avec le livreur, en chattant avec lui et en le géolocalisant. On peut même noter sa prestation. Elle sera étendue à la France entière d’ici le mois de mars 2018.

Robotisation, optimisation de la livraison, gestion du retour produit… Toutes ces questions continuent d’être étudiées chez Cdiscount, au travers de son nouvel incubateur de start up « The Warehouse. » « Les futures tendances, c’est ici que nous allons les chercher. »