«Black Friday»: Les autorités mettent en garde contre les risques d'arnaques sur Internet

CONSOMMATION Le groupement public cybermalveillance.gouv.fr a appelé mercredi à la plus grande vigilance avant la période de promotions en ligne du « Black Friday » et du « Cyber Monday »…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: Une internaute effectue un achat en ligne.
Illustration: Une internaute effectue un achat en ligne. — VALINCO/SIPA

Et si l’affaire en or se révélait être l’arnaque de l’année ? A la veille du coup d’envoi des promotions du « Black Friday » et du « Cyber Monday « sur Internet, le groupement public cybermalveillance.gouv.fr a lancé ce mercredi aux internautes une sévère mise en garde.

Rançons, vols de données personnelles, numéros surtaxés…

« Cet événement sera bien évidemment l’occasion pour les cybercriminels de redoubler d’efforts pour profiter de la précipitation et de la crédulité des internautes imprudents en quête de la "bonne affaire à ne pas rater" en menant des escroqueries de toutes sortes », a-t-il écrit dans un communiqué.

« Toutes les techniques frauduleuses seront utilisées par les criminels pour tenter d’abuser leurs victimes afin de leur faire réaliser un achat qu’ils ne verront jamais arriver, les faire rappeler des numéros surtaxés, leur voler leurs données personnelles ou bancaires, les rançonner », a-t-il mis en garde.

>> A lire aussi : «Black Friday»: Sur le Web ou en boutique? High-tech ou mode? Comment en profiter au mieux

Règles de bonne conduite

« Ne confondez pas vitesse et précipitation », conseille cybermalveillance.gouv.fr, pour qui il faut se méfier des offres trop généreuses, tâcher de vérifier l’existence réelle du vendeur ainsi que l’authenticité et la notoriété de son site, et aussi s’assurer que la transaction est sécurisée.

« Ne rappelez pas inconsidérément des numéros surtaxés, surtout si des messages énigmatiques vous demandent de recontacter un pseudo transporteur "pour votre livraison" ou un service après-vente "suite à votre achat" », ajoute le groupement.

Cybermalveillance.gouv.fr met également en garde contre les appels, textos ou courriels trop beaux pour être honnêtes.

>> A lire aussi : Escroqueries sur Internet: Porter plainte en ligne, c’est bientôt possible!

« Ne cliquez pas sur les liens et n’ouvrez pas les pièces jointes d’expéditeurs inconnus ou douteux qui vous annoncent l’affaire du siècle, vous pourriez le regretter amèrement par le vol de vos codes d’accès, de vos données personnelles ou bancaires, la réception d’un virus », prévient-il.

Plus généralement et « quitte à rater une très bonne affaire », il convient de ne pas donner, « au moindre doute », ses données personnelles et ses coordonnées bancaires, ce qui pourrait entraîner une usurpation d’identité ou des transactions bancaires frauduleuses. Et quoi qu’il en soit, il faut utiliser des mots de passe différents --et les choisir complexes-- pour chaque application ou chaque site internet utilisé.